A Louveciennes, des manifestants chauffés à blanc

le , mis à jour à 06:30
0
A Louveciennes, des manifestants chauffés à blanc
A Louveciennes, des manifestants chauffés à blanc

Dire non à l'accueil des réfugiés tout en évitant la récupération par l'extrême droite. C'était le pari de la mairie (LR) de Louveciennes (Yvelines). Un millier de personnes ont répondu, hier, à la manifestation organisée par les élus de cette commune de l'Ouest parisien. A l'origine de leur colère, le souhait de l'Etat de choisir comme lieu d'accueil potentiel de migrants, le site de Villevert (24 ha), en bordure de l'autoroute A 13.

 

En milieu d'après-midi, une quarantaine d'élus, pour la plupart LR, ceints de leur écharpe tricolore, avaient donné rendez-vous aux habitants devant la mairie pour marcher vers le site. « C'est un enjeu local même s'il nous dépasse, un combat qui transcende les clivages », estime Pierre-François Viard, le maire de Louveciennes. S'il se dit fermement opposé à ce projet, il précise : « Nous allons aussi marcher pour la dignité des personnes potentiellement accueillies. »

 

Avant de démarrer, Pierre Lequiller, député LR de la circonscription, martèle que le choix du terrain est « mauvais » et que la tentation sera « grande » pour l'Etat « d'accroître à souhait » la présence de migrants. « Certains tentent une récupération politique », répond-il aux sifflets. « Collabo ! » lui lance quelqu'un.

 

Des élus FN s'activent

 

Dans le cortège, les élus FN se tiennent à l'écart, entourés par leur propre service d'ordre.

 

Sur le site, une partie du public est chauffée à blanc comme Marie, sexagénaire de Louveciennes. « Les migrants veulent islamiser la France », éructe-t-elle. Caroline, elle, se refuse à toute radicalisation : « Les migrants peuvent s'intégrer si un bon travail est fait auprès des familles. Mais maintenant, il faut dire non. »

 

L'ambiance est électrique. A la tribune, Pierre-François Viard tente une nouvelle sortie sur « la dignité des migrants ». Il est copieusement sifflé, tout comme les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant