À Los Angeles, cette villa de la démesure fera 22.500 mètres carrés

le
1

Soit l’équivalent de trois terrains de football, plus une surface de réparation. Les prestations sont toutes plus inimaginables les unes que les autres. Découverte.

Le luxe poussé à son paroxysme. Si bien qu’on est tenté de se demander si c’est toujours du luxe, ou simplement de la démesure. Un véritable «palace moderne», comme l’a dit son architecte Paul McClean, interrogé par Bloomberg. Et pour cause: une chambre de 500 mètres carrés, une salle de danse de 800 mètres carrés, un cinéma de 45 places, un bowling, un casino... et même une pièce dite de contemplation, qui est composée de trois murs et dont le plafond est un aquarium géant rempli de méduses et de lumières de toutes sortes.

Et ce n’est pas fini. Le lot comprend aussi une maison annexe de 500 mètres carrés pour accueillir - et choyer - les invités, une autre uniquement réservée au personnel. On peut ajouter à cela quatre piscines, dont l’une est longue d’une cinquantaine de mètres. Où se situe cette extravagante propriété? En Californie, dans le très chic quartier de Bel Air. «Cette maison aura presque tous les équipements possibles et imaginables» explique à Bloomberg Nile Niami, producteur de cinéma et investisseur immobilier. Le chantier devrait être terminé d’ici à moins de deux ans.

Un prix fixé à 500 millions de dollars

Si la propriété est démesurée, son prix l’est naturellement tout autant: estimée à 500 millions de dollars (soit 461 millions d’euros), la vente battrait un record sans précédent si un acquéreur acceptait de payer ce prix là. «Quand j’ai pris connaisssance du chantier, ma première réaction a été de rire», explique Jonathan Miller, expert du marché immobilier, qui ne cache pas son scepticisme devant tant de luxe et de démesure. «Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises en matière de records immobilier», ajoute-t-il. Effectivement, il existe plusieurs propriétés dépassant les 400 millions d’euros actuellement en vente sur le marché.

Et à Los Angeles, plus particulièrement, ce marché de l’hyper luxe et ses spéculations se portent très bien. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si dans le milieu, ces demeures sont surnommées les «specs homes». Mais attention: spéculer sur ce type de marché est un pari risqué. «Ceux qui se lancent dans ce business espèrent tous gagner le gros lot. Mais il faut avoir la passion du risque», explique Peter McCoy, un entrepreneur californien qui travaille sur un projet similaire. Effectivement, rien ne garantit que le prix de la vente sera à la hauteur des investissements...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4476498 le vendredi 5 juin 2015 à 13:51

    Y aura un bloc de logements sociaux là-dedans ? Ah non je suis bête on est aux States.