À Londres, une ville nouvelle made in Ikea 

le
0
La branche immobilière du groupe suédois va bâtir 1 200 maisons face au site des Jeux olympiques.

On connaissait les étagères Billy à monter soi-même ou les cuisines en kit à prix cassé. Les Anglais, eux, vont bientôt pouvoir s'installer dans un nouveau quartier entièrement bâti par Ikea. Et il ne sera pas nécessaire de comprendre le mode d'emploi avant de pouvoir emménager.


Crédits photo : London Communications

Le géant suédois a acquis l'an dernier un site en friche de 10 hectares dans l'est de Londres où il prévoit de bâtir 1 200 maisons, 50 000 mètres carrés de bureaux, un hôtel Marriott de 350 chambres, ainsi que des commerces, une crèche, un centre médical, etc. Le quartier piéton sera bordé de canaux sur lesquels les riverains pourront emprunter des bateaux-taxis. Les voitures seront garées dans des parkings souterrains, les ordures évacuées par des conduits en sous-sol et une centrale hydroélectrique devrait produire l'énergie nécessaire.

Ce petit paradis urbain, baptisé Strand East, vient d'être présenté au maire de Londres et au gouvernement. C'est le tout dernier projet d'Inter Ikea, une société cousine du fabricant de meubles, détenue par une fondation au Liechtenstein, qui possède par ailleurs les droits de la marque. Le groupe s'est déjà diversifié dans le développement de centres commerciaux autour de magasins Ikea. L'activité de promotion immobilière pure a débuté dans les années 1990 et pris son essor depuis trois ans, dans les pays de l'Est, au Benelux et, tout récemment, au Royaume-Uni. Outre le projet de Londres, des négociations sont en cours pour cinq autres sites dans le pays.

Opportunité de crise

Le quartier de Stratford où sera implanté Strand East, à côté du stade olympique, est l'une des zones les plus dynamiques de Londres. En prévision des JO de 2012, il a bénéficié de très importants investissements en infrastructures. Plus de quatre millions de visiteurs se sont déjà précipités au centre commercial Westfield, le plus grand d'Europe, ouvert sur place il y a un mois, malgré la morosité ambiante affectant la consommation dans le pays.


Crédits photo : London Communications

Se lancer dans un tel investissement alors que la Grande-Bretagne menace d'entrer à nouveau en récession n'effraie pas Ikea. «Au contraire, nous sommes très optimistes, annonce Harald Muller, responsable du développement d'Inter Ikea. Nous avons acheté le terrain pour un quart de la valeur de la précédente transaction auprès d'un opérateur en faillite. Nous allons bénéficier de très bonnes conditions de construction et nous serons prêts avec nos logements quand le marché reprendra, dans le quartier qui sera le plus tendance de la capitale.»

Le groupe espère obtenir le permis de construire l'an prochain et livrer à partir de 2014. Si les prix n'ont pas encore été fixés, ils ne devraient pas répondre à une logique spéculative. «Nous ne serions pas Ikea si nous visions une clientèle de luxe, assure Harald Muller. Nous nous adresserons aux familles normales.»

LIRE AUSSI :

» Ikea s'efforce de garantir des prix bas

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant