À Londres, une esquisse de l'après-Kadhafi

le
0
Paris souhaite qu'un «groupe de contact» d'une quarantaine de pays assure le pilotage politique de l'intervention.

«L'action militaire n'est pas un objectif en soi»: à la pointe de l'intervention dans le ciel de la Libye, La France et la Grande-Bretagne ont placé la réunion qui se tiendra mardi à Lancaster House sous le signe de la transition politique. «Le processus qui (va) s'ouvrir à Londres est capital», soulignent Nicolas Sarkozy et David Cameron dans une déclaration conjointe rendue publique lundi. Le chef de l'État a annoncé vendredi à Bruxelles une «initiative franco-britannique pour une solution politique» en Libye qui devrait être dévoilée mardi. Leur déclaration de lundi en esquisse les lignes de force: «soutien au peuple libyen» et «mobilisation dès à présent pour un processus de transition». Une quarantaine de participants seront présents dans la capitale britannique, dont Hillary Clinton, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping. Le Qatar, la Jordanie et les Émirats arabes unis sont annon

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant