A Londres, une attaque terroriste touche le coeur du pouvoir

le
0
Bouquets en hommage aux victimes de l'attaque du 22 mars à Londres sur Westminster Bridge.
Bouquets en hommage aux victimes de l'attaque du 22 mars à Londres sur Westminster Bridge.

A 14 h 40, mercredi, un terroriste isolé a frappé le c½ur de la capitale britannique, causant la mort de quatre personnes et en blessant trente autres, avant d'être abattu.

De Westminster à Trafalgar Square, le quartier le plus touristique et l'un des plus animés de Londres est plongé, mercredi 22 mars après-midi, dans un silence étrange, un silence de mort. Seules les ambulances et les voitures de police circulent au-delà des barrages où s'agglutinent les journalistes.

Sur le pont de Westminster, le spectacle que seul l'hélicoptère de la BBC permet de voir de près, est plus saisissant encore : les bus à impériale de couleur rouge et d'autres véhicules sont figés pour permettre aux enquêteurs de travailler, comme si le temps s'était arrêté à 14 h 40.

C'est à ce moment précis, sur ce pont noir de monde à toute heure, paradis des amateurs de selfies entre London Eye (la grande roue) et Big Ben, qu'a commencé un après-midi de cauchemar comme la capitale britannique n'en avait pas connu depuis les attentats de 2005 qui avaient causé la mort de 56 personnes dans le métro.

C½ur battant de la plus vieille démocratie du monde, l'endroit choisi par le conducteur de la Hyundai i40 grise, un homme vêtu tout de noir portant une barbe qui a foncé sur la foule, ne peut pas être plus emblématique.

Une vingtaine de passants fauchés Le SUV fou venant de la rive sud de la Tamise, a traversé le pont en fonçant sur le trottoir. Il a fauché une vingtaine de passants sur le pont lui-même, dont une femme qui est tombée ou a sauté dans la Tamise et y a été repêchée vivante mais grièvement blessée. Passé le pont, il a continué avant d'aller s'encastrer dans les gril...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant