A Londres, un laboratoire reconstitue en 3D des zones de conflit

le
0
A Londres, un laboratoire reconstitue en 3D des zones de conflit
A Londres, un laboratoire reconstitue en 3D des zones de conflit

Privés de nourriture, torturés, violés... Derrière la macabre reconstitution en 3D des conditions de vie dans la prison syrienne de Saydnaya accompagnant un récent rapport d'Amnesty International se cache un laboratoire de recherche, Forensic Architecture.Sur le campus de l'université Goldsmiths, à Londres, règne un calme typiquement estival. Peu d'étudiants circulent, mais au détour d'un couloir, on peut croiser le professeur Eyal Weizman, directeur de Forensic Architecture (FA).Cet architecte et activiste israélien de 46 ans y a établi en 2011 son laboratoire interdisciplinaire, spécialisé dans la production d'analyses et de preuves destinées à appuyer les grandes affaires des droits de l'Homme devant les tribunaux internationaux. Au coeur de cette démarche, l'architecture, outil indispensable selon lui pour reconstituer le déroulement de tout type de conflit.- Des 'témoins auditifs' pour recréer une prison -L'un des projets les plus fascinants de Forensic Architecture est certainement la création du modèle de la prison militaire syrienne de Saydnaya, située à 25 kilomètres de Damas. Avant la contribution de FA, aucun groupe de surveillance ni journaliste n'avait pu "accéder" aux tristement célèbres geôles du régime de Bachar Al-Assad.Le laboratoire s'est appuyé sur les témoignages d'anciens prisonniers ayant partagé leur expérience avec Amnesty International, mais aussi sur des images satellites, des images fournies par le moteur de recherche Google et d'autres types de sources disponibles sur internet."Nous étions en territoire inconnu au début", explique Stefan Laxness, l'un des architectes chercheurs. "On a relevé les détails dont se rappelaient les ex-détenus rencontrés, créé des fragments qu'on a mis en commun avec les ressources trouvées en ligne et les premiers témoignages obtenus pour finalement arriver à une reproduction complète de la prison".Les chercheurs ont aussi rencontré ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant