À Londres, un jardin nu vendu pour 1,6 million d'euros

le
0

Valorisé à peine 100.000 livres sterling par son propriétaire, la vente aux enchères de ce jardin d’environ 220 mètres carrés a déchaîné les passions.

La capitale britannique ne manque décidément pas d’histoires insolites en matière d’immobilier! Depuis quelques semaines, elles s’accumulent presque dans les journaux anglais. Après cette villa rayée - rayures blanches et rouges - qui faisait hurler tout un quartier et une portion de chaussée de 52 mètres carrés vendue pour 175.000 euros, le Telegraph raconte cette fois une autre vente peu commune: celle d’un jardin londonien, d’environ 220 mètres carrés, vendu pour la modique somme de... 1,2 million de livres sterling, soit plus de 1,6 million d’euros.

Pour comparer, c’est le prix de mise en vente de cet appartement parisien, situé dans le VIe arrondissement, carrefour de la Croix-Rouge. Ou encore - pour rester dans l’esprit londonien - quasiment le prix de ce studio de 30 mètres carrés situé dans le très chic quartier de Mayfair, à deux pas de la rue commerçante de Bond Street... Un prix astronomique, mais moins que cette petite surface de jardin vendue avec sa pelouse et ses quelques mauvaises herbes!

Une localisation très recherchée

À l’origine, le propriétaire de ce terrain l’estimait à une centaine de milliers de livres sterling. Pas davantage. Mais c’était sans compter une foule d’enchérisseurs qui ne voulaient pas laisser échapper une telle opportunité. Pourtant, le terrain ne dispose pas de permis de construire, et est cerné par plusieurs propriétés... Quelle est l’explication alors? Elle est très simple: sa localisation de choix, à côté de la colline de Primrose Hill, un spot londonien très recherché par les investisseurs...

Après la vente aux enchères du terrain - qui a réuni une trentraine de personnes - et la clôture de cette vente astronomique, les agents immobiliers du quartier n’en reviennent toujours pas. «C’est un prix significatif pour un morceau de pelouse», observe de façon très perspicace l’un d’entre eux, en ajoutant «mon sentiment est que l’acheteur anonyme veut l’annexer comme un jardin. En revanche, si l’achat a été fait en vue d’y construire quelque chose, c’est un pari beaucoup plus risqué.»

Et pour prouver que la somme déboursée est effectivement «significative», voyez plutôt: 1,6 million d’euros, c’est sept fois le prix de la maison moyenne vendue en Angleterre.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant