À Londres, des toilettes publiques en vente... à 1,3 million d'euros

le
3

Ces WC publics sont affichés à un prix avoisinant les 23.000 euros le mètre carré, pour un total de 55 m². Déjà reconverti en boîte de nuit en 2000, le lieu avait été fermé en 2012. Il est désormais sur le marché.

En 2016, l’extravagance immobilière londonienne est toujours là! Fin décembre, Le Figaro Immobilier vous illustrait en cinq exemples cette folie locale: un jardin vendu à 1,6 million, modeste loyer mensuel étudiant à 28.000 euros... Et ce n’est pas fini. Cette fois, le journal britannique The Independent relaie une petite annonce immobilière particulièrement insolite! L’objet: d’anciennes toilettes publiques en sous-sol, situées dans l’est de Londres - en face de Spitalfields Market et de l’église Hawksmoor - mises en vente par une agence londonienne.

Le prix? 1 million de Livres sterling tout rond, soit la bagatelle de 1,3 million d’euros! Selon le Guardian, ce prix est le triple de la somme pour laquelle le bien immobilier avait été vendu en 2000. Il faut dire qu’à deux pas de la station Liverpool Street, la localisation est privilégiée... et le lieu «plein de charme» et «une opportunité fantastique» pour investir, selon l’annonce. Entre 2000 et 2012, le lieu a accueilli une boîte de nuit dénommée «Public Life», qui a été fermée pour des problèmes tels que la drogue et la mauvaise fréquentation de l’établissement.

Les 55 mètres carrés de ces ex-toilettes publiques reconverties en boîte de nuit peuvent accueillir quelques 60 personnes. Un lieu idéal pour un restaurant cosy, ou un bar à cocktails, note The Independent. Si l’on fait le calcul, le prix au mètres carré revient donc à 18.000 Livres sterling, soit environ 23.000 euros le mètre.

Le même prix qu’un studio de 30 mètres carrés à Mayfair

Pour comparer les prix et les biens, notons que pour 1,3 million d’euros, un studio de 30 mètres avait été mis en vente il y a quelques mois dans le très chic quartier de Mayfair. Ce qui donne un prix au mètre carré avoisinant les... 43.000 Livres sterling, soit environ 56.000 euros. «Ce type de bien est acheté par une clientèle qui recherche avant tout une adresse dans le quartier, et non pas un foyer. Ce sont des personnes qui veulent pouvoir dire qu’elles habitent Mayfair», expliquait à l’époque l’agent chargé de la vente.

Si l’on transpose cette somme de 1,3 million d’euros sur le marché parisien, vous pouvez vous offrir - par exemple - ce triplex de 120 mètres carrés avec 30 mètres carrés de terrasse situé à Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine... Le choix est rude.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mardi 19 jan 2016 à 11:46

    A Paris, c'est le seuil d'impositions à l'ISF. Chacun son truc.

  • m6r.fr le lundi 18 jan 2016 à 13:11

    money has no smell

  • fignar le lundi 18 jan 2016 à 12:55

    c'est le prix pratiqué en France pour des murs commerciaux libres d'occupation dans certaines rues du Marais,il n'y a pas de quoi s'extasier.Quand aux prix de l'immobilier d'habitation,on est dans le même ordre de grandeur que les grandes capitales mondiales (NYC,HK,Tokyo etc..)