À Londres, des «stop and search» motivés

le
0
En Angleterre, un code de conduite prévoit que l'agent de police décline son identité au citoyen contrôlé.

En Angleterre, pas de contrôles d'identité, puisqu'il n'y a pas de pièces d'identité. Mais la police pratique le «stop and search», l'interpellation d'un individu assortie, ou non, de sa fouille. Le policier peut demander à tout citoyen ce qu'il fait, d'où il vient, où il va et ce qu'il transporte. Historiquement, les policiers londoniens et d'autres grandes villes jouissaient de ce pouvoir ­discrétionnaire, fondé sur la suspicion d'un vol. Dans les années 1970 et 1980, les protestations croissantes sur le caractère arbitraire et discriminatoire de ces contrôles ont conduit à la mise en place de règles en la matière. Celles-ci spécifient que des critères ­objectifs soient requis pour procéder au stop and search et que des facteurs comme la tenue vestimentaire ou la couleur de la peau ne suffisent pas à le justifier.

Statistiques ethniques

Le scandale sur le meurtre raciste d'un adolescent noir en 1993 a ensuite conduit Scotland Yard à réformer ses pratiques, ce

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant