À Londres, 24 heures de marathon... informatique

le
0
À Londres, 24 heures de marathon... informatique
À Londres, 24 heures de marathon... informatique

(AFP) - À chacun son épreuve d'endurance: certains courent, comme les milliers de marathoniens ayant arpenté dimanche les rues de Londres, d'autres programment non-stop 24 heures durant, en rêvant d'inventer la prochaine application qui bouleversera internet.Le cliquetis rapide des claviers de centaines d'ordinateurs portables résonne comme un vrombissement sous les élégantes arcades de métal du Tobacco Dock, un ancien entrepôt à tabac du centre de la capitale britannique.

L'ambiance est studieuse, les visages concentrés. Les tables sont jonchées de câbles informatiques, clefs USB mais aussi de canettes de soda et paquets de bonbons.

Derrière les écrans, il y a quelque 200 concurrents de l'édition londonienne de "BattleHack", un hackathon organisé par PayPal, le géant américain du paiement en ligne.

"Un hackathon, ce sont des développeurs informatiques qui vont travailler sur de nouvelles applications pendant 24 heures. C'est comme un marathon", explique à l'AFP John Lunn, un responsable de Braintree, filiale de PayPal.

De fait le terme hackathon est un néologisme constitué des mots "hack", qui signifie bidouillage, et "marathon". En bref, il s'agit d'une compétition opposant des développeurs informatiques.

Répartis en équipes, ils ont 24 heures pour créer un programme susceptible de "faire de Londres une ville meilleure", dit John Lunn. "En créant une application pour aider les personnes dans le besoin, ou celles qui ont des difficultés à trouver une place de parking."

Le gagnant se verra offrir un billet pour la Silicon Valley, où la finale de BattleHack aura lieu à la mi-novembre, avec à la clef une récompense de 100.000 dollars.

Mais l'épreuve profite également à l'organisateur, puisque les participants ont l'obligation d'utiliser les interfaces de PayPal et de Braintree pour confectionner leurs applications.

"Ainsi on peut apprendre d'eux ce qui marche et ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant