A Lac La Biche, l'attente des sinistrés de Fort McMurray

le
0
Ceux des évacués qui ont tout laissé derrière eux peuvent trouver dans salle de sport du Bold Center les dons mis à leur disposition sur des tables qui débordent de vêtements, jouets, brosses à cheveux, crèmes à raser .
Ceux des évacués qui ont tout laissé derrière eux peuvent trouver dans salle de sport du Bold Center les dons mis à leur disposition sur des tables qui débordent de vêtements, jouets, brosses à cheveux, crèmes à raser .

Le violent incendie, qui ravage depuis le 3 mai cette région du nord-est de l’Alberta, a détruit au moins 1 600 maisons et brûlé 156 000 hectares de forêt.

Sur la route menant d’Edmonton à Fort McMurray (Alberta), dont les 80 000 habitants ont été évacués mardi 3 mai pour cause d’incendie de forêt, la nature se réveille, les arbres verdissent, les grands champs de céréales s’assèchent, les oiseaux migrateurs filent vers le nord. Le contraste est frappant avec l’horreur vécue 430 km plus loin, au cœur des champs de l’industrie des sables bitumineux dont Fort McMurray est la capitale. Au moins 1 600 maisons ont été détruites par le feu qui a déjà brûlé 156 000 hectares de forêt.

La radio annonce l’évacuation d’un site pétrolier de Syncrude. Peu après, trois autobus pleins, identifiés à son nom, passent en direction sud sur l’autoroute 63, qui traverse Fort McMurray. Suivront plusieurs pick-ups ou voitures couverts de cendres. Ils sont les premiers à avoir, samedi 7 mai, après l’enfer de mardi, vécu le cauchemar de retraverser leur ville dans une épaisse fumée, quittant leurs abris depuis l’exode : les camps au nord de la localité que l’industrie pétrolière a mis à leur disposition. En fin de journée, les autorités annonçaient que la plupart des 17 000 « évacués du nord » se trouvaient désormais au sud de Fort McMurray, voire à Edmonton ou Vancouver, en Colombie-Britannique voisine, après l’organisation de convois routiers et de ponts aériens.

« Je n’ai pas dormi pendant trois jours »

A l’intersection de l’autoroute 63 (140 km de Fort McMurray) et de la route de Lac La Biche où se sont réfugiés de nombreux sinistrés, deux o...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant