A la veille de Noël, le pape demande de laisser une place à Dieu

le
1
HUITIÈME MESSE DE NOËL DE BENOÎT XVI
HUITIÈME MESSE DE NOËL DE BENOÎT XVI

par Philip Pullella

CITE DU VATICAN (Reuters) - Le pape Benoît XVI a célébré lundi la huitième messe de Noël de son pontificat en la basilique Saint-Pierre de Rome et a mis l'accent au cours de son homélie sur la difficulté pour les fidèles comme pour les non-croyants de laisser une place à Dieu dans le monde moderne.

Le pape, qui exerce son autorité spirituelle sur 1,2 milliard de catholiques à travers le monde et a célébré la messe de Noël devant 10.000 fidèles, a regretté que le rythme auquel fonctionnent les sociétés contemporaines rende le rapport à Dieu de plus en plus difficile.

"Avons-nous du temps et de la place pour Lui ?", a demandé Benoît XVI, âgé de 85 ans, qui donnera sa bénédiction biannuelle "Urbi et Orbi" ("à la ville et au monde"), le dimanche de Noël, à midi (11h00 GMT). "Est-ce que nous ne détournons pas de Dieu lui-même ?"

"Plus vite nous pouvons aller, plus les appareils qui nous permettent de gagner du temps deviennent efficaces, le moins de temps nous avons", a-t-il ajouté. "Et Dieu ? La question de Dieu ne paraît jamais urgente. Notre temps est déjà complètement rempli."

"Il n'y a plus de place pour Lui", a continué Benoît XVI. "Même dans nos sentiments et nos désirs, il n'y a plus de place pour Lui. Nous nous désirons nous-mêmes. Nous désirons ce que nous pouvons atteindre, nous désirons un bonheur à notre portée, nous désirons que nos projets et nos desseins réussissent. Nous sommes si pleins de nous-mêmes qu'il n'y a plus de place pour Dieu."

BOUGIE POUR LA PAIX

Les cloches à l'intérieur et à l'extérieur de la basilique ont sonné, quand le pape a prononcé les mots dits, selon l'Évangile de Saint Luc, par les anges au moment de la naissance du Christ : "Gloire à Dieu au plus haut des cieux".

Plus tôt dans la journée, Benoît XVI, était apparu à la fenêtre des appartements, dans la cité du Vatican, et avait allumé une bougie pour la paix, alors qu'une crèche géante était dévoilée sur la place Saint-Pierre.

Le pape a demandé aux fidèles de prier pour la paix entre Israéliens et Palestiniens et plus largement pour les personnes qui "vivent et souffrent" en Terre Sainte, les lieux où a vécu le Christ, dans l'actuel Moyen-Orient, en Israël, au Liban, en Jordanie et en Egypte.

"Les chrétiens qui vivent dans ces pays, où est née notre foi, devraient pouvoir continuer à habiter là-bas", a-t-il déclaré, appelant aussi à la paix en Syrie et en Irak. "Que les chrétiens et les musulmans puissent bâtir côte à côte leurs pays, dans la paix de Dieu."

Le Vatican a régulièrement exprimé ses préoccupations face à la fuite de nombreux chrétiens du Moyen-Orient, qui s'exilent par peur pour leur sécurité.

Les chrétiens ne composent que 5% de la population de la région, contre 20% il y a un siècle et certaines estimations prévoient que le chiffre pourrait être divisé par deux d'ici 2020.

Julien Dury pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 25 déc 2012 à 01:10

    Dieu n'existe pas.