«À la Réunion, le prix de l'essence est un prétexte à la révolte»

le
0
INTERVIEW - Un sociologue tente d'expliquer les raisons qui ont poussé les jeunes Réunionnais à se révolter. »Deuxième nuit de violence à la Réunion

Laurent Médéa est sociologue. Il a fait ses études en Angleterre et en Afrique du Sud avant de retourner à la Réunion où il a écrit un ouvrage sur la délinquance juvénile dans l'île. Il décrypte les racines de la contestation.

• Quels sont les origines des violences qui agitent l'île depuis quelques jours?

Il faut remonter aux révoltes contre la vie chère qui ont commencé en Guadeloupe en 2009. Il y a eu une contagion aux autres départements d'outre-mer pour réclamer une baisse des produits de première nécessité. Un collectif s'est monté à la Réunion qui a mis en place un observatoire des prix. La vie chère est une préoccupation constante. Il y a deux semaines, les transporteurs ont réclamé une baisse du prix de l'essence pour les professionnels de 25 centimes par litre. Ils ne l'ont pas obtenue. Ils sont allés au port, devant l'entreprise chargée de la distribution du carburant pour toute l'île et ont mis en place des barrages. Ils ont aussi appelé la pop

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant