«À la prison de Châteaudun, les petites frappes font la loi»

le
0
INTERVIEW - Pour Joël Iraegui, major pénitentiaire et membre du syndicat FO, le calvaire de ce prisonnier n'est pas un cas isolé. La prison de Châteaudun est sous la coupe réglée des dealers et des petites frappes des cités.

LE FIGARO. - Cet établissement est-il vraiment tombé sous la loi de la violence?

Depuis des années, nous le dénonçons. Les petites frappes, les jeunes de cité y ont reconstitué ce qu'ils avaient mis en place dans leur quartier en recréant des bandes derrière les murs de la prison. Les trafics y vont bon train. La drogue y circule mais aussi les armes et les portables. Chaque année, on en saisit plus de 300!

Comment de tels trafics peuvent-ils avoir cours?

Ces caïds, ces petites frappes qui font la loi, obligent les détenus les plus faibles à faire rentrer tous ces produits et objets illicites au retour de leur permission. S'ils refusent de respecter ces commandes, ces derniers se fo...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant