À la Nuit debout, le casse-tête des opinions divergentes

le
1
L'assemblée générale de la Nuit debout, place de la République à Paris, le 18 avril 2016.
L'assemblée générale de la Nuit debout, place de la République à Paris, le 18 avril 2016.

Après l’altercation avec Alain Finkielkraut, le mouvement discute encore du meilleur moyen de garantir l’ouverture aux idées de chacun.

Deux jours après avoir été chassé de la place de la République par un groupe de personnes présentes à la Nuit debout, Alain Finkielkraut écrit, dans une tribune parue dans Le Figaro du 19 avril : « Certains participants sont, j’en suis sûr, désolés de ma petite mésaventure. Mais le fait est là : on est entre soi à Nuit debout. Sur cette prétendue agora, on célèbre l’Autre, mais on proscrit l’altérité. »

Le pôle « sérénité » garant des règles Les images de l’altercation entre l’intéressé et les manifestants, survenue le samedi 16 avril, ont consolidé l’impression d’un entre-soi idéologique. Les participants dénoncent l’agitation médiatique autour de la « mésaventure » de l’académicien, mais le mouvement se retrouve de fait en tension entre sa vocation d’ouverture et son identité politique marquée à gauche, qui rend certaines opinions malvenues. Il s’était pourtant donné une règle théorique. N’importe qui peut s’exprimer, mais les propos racistes, sexistes et homophobes ne sont pas tolérés. Ceux violents « contre la mondialisation ou contre les banques » sont en revanche acceptés, reconnaît le pôle modération.

Sur la place, le pôle « sérénité » se charge de faire respecter cette règle, « toujours dans la médiation », explique Camille (le prénom a été modifié). « Tous les gens qui ne sont pas d’accord peuvent le dire, jusqu’au stade de la provocation. » Exemple ? « Un type s’est mis devant le stand pro palestinien en criant des insultes. » L’individu est pris à part, on ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 8 mois

    Plus l'auditoire est nombreux, et moins son QI est élevé. Il n'est donc pas étonnant que les discussions des Nuisibles Debout se limitent à des clichés, des raccourcis et des caricatures dégongelés du XXe siècle.