À la mi-séance, les Bourses européennes de retour dans le vert

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE VERT À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE VERT À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes, à l'exception de Londres freinée par les minières, se sont retournées à la hausse mercredi à mi-séance, portées par le secteur bancaire.

À Paris, le CAC 40 prend 0,53% (23,36 points) à 4.444,81 points vers 10h25 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,31% mais à Londres, le FTSE cède 0,22%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,42% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,54%.

D'après les futures sur indices new-yorkais, Wall Street devrait être stable à l'ouverture, voire en très légère hausse, comme la veille.

Les investisseurs attendent le discours que doit prononcer la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, vendredi à l'occasion du symposium annuel de Jackson Hole (Wyoming) pour en savoir plus sur les intentions de la Fed en matière de relèvement des taux. Certains autres responsables de la Fed ont évoqué ces derniers jours la possibilité d'un prochain tour de vis monétaire aux Etats-Unis.

En Europe, le secteur bancaire est le plus dynamique mercredi avec une progression de 1,95%, huit de ses valeurs du secteur figurant en tête des hausses de l'EuroStoxx 50, dont Société Générale (+2,74%) et BNP Paribas (+2,10%).

Le britannique WPP, premier groupe publicitaire mondial, prend pour sa part plus de 6% après avoir avoir relevé sa prévision de croissance annuelle de son chiffre d'affaires.

Son concurrent français Publicis en profite et gagne 1,17%.

Le groupe suédois de produits forestiers et d'hygiène SCA bondit de plus de 10%, de loin la plus forte hausse des indices européens Stoxx 600 et FTSEurofirst 300, en raison de son projet de scission en deux entités cotées en 2017.

Contre la tendance, Glencore chute de 5,22% et entraîne dans son sillage le secteur des ressources de base (-1,09%). Le groupe minier n'a pas relevé son objectif de bénéfice annuel malgré ses efforts de désendettement.

Le dollar se raffermit et repasse sous 1,13 pour un euro.

Après avoir progressé mardi sur la base d'informations de Reuters évoquant la possibilité d'un compromis entre l'Iran et d'autres grands producteurs sur une action concertée de stabilisation du marché, les cours du pétrole se replient mercredi en raison d'une hausse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis selon l'American Petroleum Institute (API).

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant