A La Mecque, le pèlerinage à coups de clics, tweets et gadgets

le
1
A La Mecque, le pèlerinage à coups de clics, tweets et gadgets
A La Mecque, le pèlerinage à coups de clics, tweets et gadgets

Le bras tendu pour montrer le pèlerinage en temps réel à des proches via un téléphone, les yeux rivés sur les prières téléchargeables ou marchant sous une ombrelle ventilée grâce à l'énergie solaire: les pèlerins de La Mecque se montrent friands de high-tech.Des conseils vestimentaires aux recommandations pour les diabétiques, il existe désormais des sites et des applications mobiles prodiguant toutes sortes de conseils aux deux millions de musulmans qui ont convergé en Arabie saoudite pour le pèlerinage annuel, le hajj, qui débute samedi.Ces dernières années, la technologie s'est invitée dans tous les espaces du hajj. De l'achat des billets d?avion aux photos souvenirs mises en ligne en passant par les imams qui répondent aux questions sur internet, le spirituel passe aujourd'hui aussi par le virtuel.Dès qu'ils ont posé un pied en Arabie saoudite, Abdelhadi Zuraan, 27 ans, et son épouse, deux Jordaniens installés en Corée du Sud, ont téléchargé sur leurs smartphones l'application lancée par les autorités saoudiennes pour le hajj.Depuis, ils s'y réfèrent régulièrement, au gré des étapes du pèlerinage, assurent-ils à l'AFP après s'être photographiés près de la Grande mosquée, lui entièrement vêtu de blanc et elle drapée dans un grand voile noir. Les photos sont envoyées directement à leurs familles."On a appris les rituels avant de partir mais, à tout moment, on peut les retrouver sur différentes applications", explique Hazem Hamdi, comptable de 39 ans venu du Caire qui garde toujours son téléphone en main.- 'Partage en temps réel' -"Le hajj est souvent comparé à une conversation privée entre le pèlerin et Dieu", note le chercheur Shahed Amanullah dans une étude sur l'impact de la technologie sur le hajj. Aujourd'hui, "la technologie permet aux pèlerins de partager cette conversation en temps réel avec la famille et les amis".Un partage qui a ses inconvénients. "Avant, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 3 mois

    En quoi cela peut nous intéresser ? Les infidèles peuvent visiter La Mecque ? Non. Les musulmans peuvent-ils visiter le Vatican ? Oui. Déjà çà commence bien. Ensuite leurs simagrées religieuses ne nous intéressent pas. Elles ne font qu'enrichir les saoudiens.