A la conquête des parents des cités

le , mis à jour à 09:34
0
A la conquête des parents des cités
A la conquête des parents des cités

« J'en ai marre des crêpes ! Ce n'est pas de fêtes dont ont besoin nos enfants, c'est de profs d'anglais, de tests de niveau, tu vois ? » Adama Cissé parle avec de grands gestes. Même si cette hispanophone, installée depuis deux ans en France, cherche par moments le mot juste, elle a en tête une idée très claire de ce que devrait être l'éducation de ses deux enfants, en CP et en CM 1 à l'école Dulcie-September de Grigny (Essonne).

 

Elle s'est laissé convaincre par la fédération de parents d'élèves FCPE de sa ville de se présenter dans deux semaines sur leur liste aux élections des délégués. Des femmes comme elle, la FCPE aimerait en compter davantage : l'organisation, dont les scores s'érodent un peu plus chaque année, veut reconquérir « les familles dont l'école s'est éloignée dans les quartiers populaires ou les zones rurales », explique sa présidente, Liliana Moyano. L'association fera partir demain, de Paris, deux caravanes qui sillonneront une vingtaine de communes.

 

Besoin de médiation

 

Grigny, avec sa cité de la Grande Borne, est l'une des premières étapes. Ici, il y a 27 groupes scolaires et 35 000 habitants, mais la FCPE, inexistante il y a deux ans, ne fédère encore qu'une vingtaine de membres. Pourtant, le besoin de médiation entre l'institution et les parents est criant. « Les profs nommés ici sont tout jeunes, et, pour résumer, ils ont autant peur de nous qu'on a peur d'eux, tout le monde est gêné », constate Fatoumata Kanté, mère d'une famille « XXL », et déléguée à tous les niveaux du système : maternelle, élémentaire, collège et lycée. « C'est le directeur de mon fils qui est venu me chercher pour siéger au conseil d'école, je ne me serais jamais impliquée sinon : j'avais peur de ne pas être à la hauteur. » Elle a l'impression « qu'un mur se dresse devant les parents, surtout à partir du collège ». Et, évidemment, pour ceux qui ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant