À la barre, Galliano s'excuse et ne se souvient de rien

le
0
Le styliste, jugé pour insultes antisémites, a avoué sa dépendance à l'alcool et aux médicaments. Le ministère public français a requis contre lui une amende «pas inférieure» à 10.000 euros.

À l'annonce de sa présence à son procès, une foule de curieux et une forêt de caméras venues du monde entier se pressent devant la 17e chambre correctionnelle du palais de justice de Paris. L'excentrique styliste John Galliano, ex-couturier de la maison Dior, est jugé dans deux affaires pour la même accusation: avoir professé des insultes à caractère antisémite, dans un bar branché parisien, à l'encontre de trois personnes, en février puis octobre 2010.

Le profil bas et la mine sombre, il entre dans la salle dans un silence qui contraste soudain avec le brouhaha de l'audience précédente, où l'animateur de télévision Arthur accusait en diffamation l'humoriste Didier Porte. «Ambiance people!», se délecte Mélanie, jeune fashionista venue assister aux audiences dans le public. Premier incident: une des cinq associations antiracistes constituées partie civile réclame le déplacement du garde du corps du couturier vers un autre banc que celui des avocats. Puis John

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant