À l'UMP, un changement de nom peut en cacher un autre

le
0
Jean-François Copé aux côtés de Michèle Tabarot, ici en 2014. 
Jean-François Copé aux côtés de Michèle Tabarot, ici en 2014. 

De l?UMP, il ne doit rien rester. Après le grand lifting du parti, rebaptisé Les Républicains, c?est au tour de l?organisme de formation d?être passé au Ripolin. L?Association nationale pour la démocratie locale ? ANDL pour les initiés ? était depuis plus de 30 ans le bras armé de la droite pour la formation des adhérents et des élus. Dans la foulée de la mue voulue par Nicolas Sarkozy, cette filiale a elle aussi été rebaptisée. D?après les informations du Point.fr, qui publie en avant-première le nouveau logo, l?ANDL s?appellera à compter d'aujourd'hui l'Udel, pour Union des élus locaux.

Perquisition de l?Office anticorruption

Un changement de façade qui vise à faire oublier que l?organisme de formation de l?UMP est lui aussi « mouillé » dans l?affaire Bygmalion. Comme Le Point l?avait révélé dès février 2014, la petite agence de communication créée par Bastien Millot et Guy Alves s?était très vite imposée après l?arrivée de Jean-François Copé à la tête du parti comme l?un des sous-traitants de référence de l?ANDL. Une proximité qui avait valu à l?association, dont le siège est situé dans les locaux du parti, rue de Vaugirard, d?être perquisitionnée par l'Office anticorruption il y a un an exactement.Les policiers, intrigués par les tarifs prohibitifs pratiqués par cet organe « captif » du parti, ont saisi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant