A l'UMP, Sarkozy agace ses rivaux

le
0
A l'UMP, Sarkozy agace ses rivaux
A l'UMP, Sarkozy agace ses rivaux

« Surtout, aucun signe de triomphalisme », assène Nicolas Sarkozy à ses troupes au lendemain du premier tour des élections départementales qui a vu la droite arriver en tête (29,4 % des suffrages et la possibilité de prendre quinze à trente départements à la gauche). Pas de triomphalisme, certes, mais une bouffée d'oxygène pour le président de l'UMP, qui misait depuis des semaines sur la réussite de son parti à cette élection pour en tirer un bénéfice politique personnel. Et il était temps pour l'ex-locataire de l'Elysée qui, jusqu'à présent, n'avait pas totalement convaincu les siens sur sa capacité à réincarner le leadership, comme sur sa ligne politique jugée, en interne, trop à droite et peu compatible avec sa stratégie de rassemblement de sa famille politique.

Toutefois, pour ses supporteurs, aucun doute possible : « On peut retourner la question dans tous les sens, ce résultat est avant tout la victoire de Nicolas Sarkozy et de son équipe autour de lui », jure le secrétaire général Laurent Wauquiez, qui rappelle l'investissement de son président dans cette campagne. Tout comme la volonté de « remettre de l'ordre dans un parti qu'il a récupéré au bord de la faillite financière et politique », poursuit un proche du patron de l'UMP. De bon augure dans la perspective d'une candidature en 2017 ? « Ce scrutin le consolide, il a réussi son retour », tranche Laurent Wauquiez, tandis qu'un haut gradé de la rue de Vaugirard va même jusqu'à penser que « ce succès personnel va lui permettre de prendre un vrai avantage sur ses adversaires à la primaire ».

Vraiment ? Lundi en tout cas, les Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire ne l'entendaient pas tout à fait de la même oreille. Les rivaux du patron de l'UMP préfèrent saluer la « victoire d'un collectif et des candidats engagés sur le terrain » plutôt que celle d'une personne. Et les deux anciens Premiers ministres ne se sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant