A l'UMP, les mauvais payeurs rentrent dans le rang

le
0
A l'UMP, les mauvais payeurs rentrent dans le rang
A l'UMP, les mauvais payeurs rentrent dans le rang

Ils ont fini par mettre la main à la poche. Selon nos informations, sur 337 parlementaires UMP, 261 sont désormais à jour de cotisation. Fin juin, comme nous l'avions révélé à l'époque, ils n'étaient que... 66. La perspective du congrès de novembre aidant, deux mois ont suffi pour inverser la tendance.

Fin juin, sur fond de guerre Copé-Fillon, 284 députés, sénateurs et eurodéputés rechignaient encore à payer. Et ce, en dépit des graves difficultés financières du parti. Avec une dette s'élevant à 74,5 millions d'euros au 30 juin, l'attitude des parlementaires avait de quoi irriter la base. D'autant plus que les militants avaient été sollicités pour renflouer les caisses au moment du Sarkothon. 

Luc Chatel, tout juste nommé secrétaire général de l'UMP, avait prévenu, dans nos colonnes : «Au moment où nous demandons l'aide de nos militants, je demande aussi l'exemplarité. Je trouve normal que les élus, qui bénéficient du soutien de leur famille politique, puissent, dans les moments difficiles, faire preuve de solidarité». Il en a, par la suite, fait l'un de ses chantiers prioritaires.

«Un vrai changement culturel»

Cet été, le trésorier du parti, Jacques Laisné, a adressé une lettre de rappel à tous les élus. Pour les parlementaires, le régime de cotisations se divise en trois : l'adhésion annuelle à l'UMP (60 € pour un élu), la cotisation au groupe (250 € par mois prélevés directement sur l'indemnité représentative des frais de mandat), puis une cotisation mensuelle au parti comprise entre 150 et 250 € par mois selon le poids de la circonscription.

En théorie, lors des congrès, seuls les élus à jour de cotisations peuvent participer au vote. En théorie, car la règle n'a pas toujours été appliquée à la lettre, loin s'en faut. «Du temps du RPR et de l'UDF, les gens ne payaient pas», nous confie-t-on. Mais pour son congrès de novembre, qui doit désigner le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant