À l'UMP, les chicaneries recommencent

le
0
La commission de révision des statuts, qui s'est réunie lundi soir, a achoppé sur les conditions de mise en place de la primaire pour la présidentielle de 2017.

La commission de révision des statuts de l'UMP n'est pas parvenue à finir sa tâche lundi soir. Dans une ambiance qualifiée de «pesante» par un filloniste, les participants ont longuement débattu de la composition du bureau politique et de la Haute Autorité chargée de veiller au bon déroulement des primaires pour la présidentielle. Les proches de l'ex-premier ministre ont accusé Jean-François Copé de vouloir «tout verrouiller».

Une, voire plusieurs réunions seront donc nécessaires. Les membres de la commission se sont notamment entendus pour se revoir mi-mai, après les vacances parlementaires. Ils devront aussi examiner une question qui n'est pas liée aux statuts, mais dont dépend l'avenir immédiat de l'UMP: faut-il soumettre à un référendum militant le maintien d'une nouvelle élection à la tête d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant