À l'UMP, l'assistanat crée toujours le débat 

le
0
Martin Hirsch et Laurent Wauquiez ont croisé le fer mercredi sur le RSA, lors de la convention sur la justice sociale du parti majoritaire.

À la tribune de la convention UMP sur la justice sociale, les intervenants se suivent. Et ne se ressemblent pas. Attendu, Laurent Wauquiez. «J'ai bien entendu les critiques et les caricatures. Mais il ne s'agit pas de stigmatiser les gens», explique celui qui a proposé, il y a un mois, de conditionner le versement du RSA à cinq heures de travail hebdomadaire. Wauquiez ne regrette pas d'avoir lancé ce débat, car «il ne faut pas reculer face au politiquement correct». Quand Jean-François Copé prend le micro, il salue «le courage» de Laurent Wauquiez, même s'il avoue n'être «pas très fan du mot "cancer"», auquel le ministre des Affaires européennes avait comparé l'assistanat. «Je suis désolé s'il a pu y avoir des mots qui blessent», s'excuse Wauquiez.

Attendue également, Roselyne Bachelot, ministre en charge du RSA, qui avait condamné la «beaufitude» des propositions de Laurent Wauquiez. À son arrivée, elle confie : «Moi, je trace ma route, j'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant