A l'Onu, le pape fustige la cupidité, espère le succès de la COP21

le
0

(Actualisé avec cérémonie à Ground Zero) NATIONS UNIES, 25 septembre (Reuters) - Le pape François, qui s'exprimait vendredi à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies, s'en est pris à l'avidité et à la quête de richesses matérielles qui, a-t-il dit, dilapident les ressources de la Terre et aggravent la pauvreté. "Une soif égoïste et sans limite de pouvoir et de prospérité matérielle conduit à la fois au gaspillage des ressources naturelles disponibles et à l'exclusion des faibles et des démunis", a dit le chef de l'Eglise catholique. Devant les dirigeants de la planète, le pape argentin a qualifié de "grave offense" les exclusions économiques et sociales, parlant d'une "réalité dramatique". Premier pape venu d'Amérique latine, François, en deux ans de pontificat, s'est fréquemment livré à des attaques en règle contre le capitalisme. En pleine crise des réfugiés en Europe, il a aussi enjoint les chefs d'Etat et de gouvernement de lutter contre les passeurs et les trafiquants d'êtres humains, de promouvoir l'éducation des filles et de faire cesser la destruction de la biodiversité qui, selon lui, menace "l'existence même du genre humain". Depuis son arrivée aux Etats-Unis, en provenance de Cuba, le pape François a exhorté Washington à prendre des mesures urgentes pour lutter contre le dérèglement climatique. OEUVRER À L'UNITÉ A la Maison blanche mercredi puis devant le Congrès jeudi, où il était le premier pape à prendre la parole, il s'était référé à son encyclique "Laudato Si" publiée en juin et consacrée à la protection de l'environnement. ID:nL5N0Z42RS Au siège new-yorkais de l'Onu, il a souhaité que la conférence internationale de Paris sur le climat (COP 21), en décembre, puisse aboutir à des "accords fondamentaux et efficaces". Après son intervention, le pape s'est rendu au Mémorial de Ground Zero pour une prière oecuménique à la mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001. "Ici, le chagrin est palpable", a-t-il observé. "En veillant à ne pas créer une uniformité rigide, nous pouvons et nous devons oeuvrer à l'unité sur la base de nos diversités linguistiques, culturelles et religieuses", a-t-il ajouté, s'exprimant aux côtés de représentants des autres religions. Après cette cérémonie de Ground Zero, moment le plus solennel de sa visite aux Etats-Unis, François devait se rendre dans une école de Harlem puis traverser Central Park pour aller célébrer un messe au Madison Square Garden. Il passera le week-end à Philadelphie, où se tient la VIIIe Rencontre mondiale des familles, et regagnera le Vatican dimanche. (Philip Pullella et Scott Malone; Henri-Pierre André et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant