A l'Onu, la Libye réclame des armes face au terrorisme

le
0

NATIONS UNIES, 27 septembre (Reuters) - La Libye a demandé samedi au reste du monde de lui fournir davantage d'armes pour restaurer la sécurité sur son territoire et rebâtir ses institutions, sans quoi le pays devrait "affronter seul le terrorisme". Après avoir décrit la chute progressive de son pays dans le chaos, Aguila Saleh Iissa, le président de la Chambre des représentants libyenne, a déclaré que "cela ne se serait pas produit si la communauté internationale avait pris au sérieux la situation en Libye". Le gouvernement libyen est incapable de contrôler les milices d'anciens rebelles à Mouammar Kadhafi qui s'affrontent depuis plusieurs mois pour le contrôle du pouvoir et des réserves pétrolières. Un groupe armé originaire de Misrata a pris en juillet le contrôle de Tripoli, obligeant le Parlement à s'installer à Tobrouk, dans l'est du pays. "Ignorer le terrorisme en Libye n'est plus acceptable", a dit Saleh Iissa dans un discours à l'Assemblée générale des Nations unies. "La communauté internationale doit soit se tenir aux côtés des autorités légitimement élues, (...) soit dire très clairement que la Libye doit affronter seule le terrorisme." Il a ajouté que "le terrorisme et l'extrémisme (...) constituent désormais un large front qui s'étire de l'Irak à l'Algérie". Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté le mois dernier une résolution qui durcit l'embargo international sur les armes à destination de la Libye et les sanctions visant des groupes et des individus jugés menaçants pour la paix et la stabilité dans le pays. "L'impossibilité de fournir des armes à l'armée libyenne et de la former à sa guerre contre le terrorisme sert les intérêts de l'extrémisme", a estimé Saleh Iissa. (Rodrigo Campos,; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant