À l'école de la propagande du colonel Kadhafi

le
0
REPORTAGE - À Tripoli, les enseignants encadrent strictement les écoliers, et leur délivrent, en plus des cours, la bonne parole du régime.

De notre envoyée spéciale à Tripoli.

Au premier coup de sifflet, ils dévalent, dans un brouhaha inaudible, les marches des escaliers de l'école Zahrat el-Fatah. Au milieu de la cour de récréation, Souad Sultan, la directrice en foulard, les attend au garde à vous, avec sa partition bien rodée. «Allah, Mouammar et la Libye, c'est tout!», entonne-t-elle d'une voix aiguë, le poing levé vers le ciel, devant tous ces bambins surexcités. Dans leur uniforme bleu foncé, ils reprennent aussitôt en ch½ur, tels de petits automates, l'ode consacrée à «l'oncle Kadhafi». Les plus costauds ont même décroché le portrait du dirigeant libyen de leur salle de classe pour le brandir à bout de bras. Comme un jeu abrutissant, dont ils ne maîtrisent ni les tenants ni les aboutissants, ils se mettent à l'inonder de baisers.

Ces enfants de Tripoli ont entre 8 et 14 ans. Ils ont encore l'âge de jouer aux billes et à la corde à sauter. Mais à l'école publique Zahrat el-Fatah

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant