A l'approche du référendum italien, la Bourse de Paris va tenter de rester positive (Bourse Hebdo)

le
0

Entre une réunion de l'Opep et des chiffres d'emploi aux États-Unis, la Bourse de Paris et ses voisines européennes vont tenter de rester positives la semaine prochaine, même si à l'approche du référendum italien la nervosité risque de monter.

"Les séances à venir seront chargées en statistiques, mais les données les plus importantes seront celles du rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis en novembre", résume Jean-Louis Mourier, un économiste du courtier Aurel BGC.

Ces chiffres sont toujours particulièrement attendus par les marchés qui cherchent à y lire les intentions de la Réserve fédérale américaine, puisque cette dernière leur accorde une place sensible pour élaborer sa politique monétaire.

Pour le moment, "les banquiers centraux américains ont réussi à ancrer fermement l'anticipation d'une remontée des taux directeurs en décembre. Ces chiffres pourraient donc offrir une confirmation de plus, mais il ne faudrait pas qu'une publication décevante vienne faire douter les investisseurs", anticipe M. Mourier.

La réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) mercredi sera également très suivie, notamment à la Bourse de Londres où le FTSE-100, l'indice vedette, abrite de nombreuses valeurs liées aux matières premières.

Tout accord sur une réduction de la production de pétrole, que les marchés espèrent, pourrait donc donner un coup de pouce aux indices européens.

Pour M. Mourier, la place parisienne devrait bon an mal an réussir à se maintenir au-dessus des 4.500 points, même si "la nervosité avant le référendum italien du 4 décembre va être de mise".

- L'Europe loin des records de Wall Street -

"La semaine prochaine, les marchés entreront en outre dans la dernière ligne droite, puisque tous les opérateurs de marchés ferment en général leurs positions dans les premiers jours de décembre", souligne Yves Maillot, directeur des actions européennes de Natixis Asset Management.

Or cette année, le référendum italien tombe pile à ce moment là, et "il est susceptible de générer pas mal de volatilité et de faire monter les volumes d'échanges", explique-t-il.

L'effet de cet échéance politique s'est d'ailleurs déjà fait sentir au cours de la semaine écoulée, les indices européens suivant de loin les records historiques enregistrés par Wall Street.

"Depuis l'élection du nouveau président américain Donald Trump, nous assistons à un rebond des marchés actions, mais il est nettement plus marqué aux États-Unis où la plupart des indices ont battu des records renforcés par le vigueur du dollar, qu'en Europe", analyse M. Maillot.

"Alors que les bourses américaines grimpent, les indices européens Dax et Euro Stoxx 50 ont actuellement visiblement du mal" à sortir de la fourchette dans laquelle ils évoluent depuis l'élection du nouveau président américain Donald Trump, relève aussi dans une note la banque Helaba, qui met en avant les incertitudes politiques liées à ce scrutin sur lequel le Premier ministre Matteo Renzi joue son avenir politique.

Au-delà des aspects politiques, "l'éviction éventuelle de M. Renzi induirait un délai supplémentaire dans la résolution des problèmes de capitalisation des banques italiennes", rappelle M. Mourier.

Du point de vue du principal moteur des marchés actions, à savoir la croissance des bénéfices des entreprises, la situation n'est pourtant pas tellement différente entre l'Europe et les États-Unis", mais il n'est en pas de même en terme de calendrier politique, avec ce référendum italien mais également ensuite des élections en Allemagne et en France, observe M. Maillot.

Et c'est d'ailleurs cette dimension politique qui explique, selon lui, que "depuis le début de l'année beaucoup d'investisseurs non européens aient pris leur distance vis-à-vis d'investissements dans la zone euro".

abx/lem/fpo/pb


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant