À l'approche de la rentrée scolaire, les «petits cours» font le plein

le
0
Alors que l'engouement pour les stages de prérentrée orchestrés par des organismes de soutien ne se dément pas, le ministère de l'Éducation aménage les siens. Ces derniers concernent désormais 15 % des élèves de CM1 et CM2.

Alors que les stages de prérentrée mis sur pied par des organismes de soutien privé fleurissent partout en France, le ministère de l'Éducation nationale ne baisse pas les bras. Ce dernier ne souhaite pas abandonner le marché lucratif des «petits cours» à Anacours, Legendre, Complétude et autres organismes similaires. Avec le crédit d'impôt établi en 2004, une heure de cours revient moitié moins cher. Et tente d'autant plus les familles. Ce marché scolaire privé pèse désormais plus de deux milliards d'euros en France et connaîtrait une croissance d'environ 10 % chaque année, selon un rapport sur la question dévoilé par la Commission européenne en juin 2011.

Publics et gratuits

Pour lutter contre ce phénomène, mais aussi pour enrayer la baisse des résultats des élèves français révélés par les dernières études internationales Pisa, le gouvernement a décidé d'organiser des stages de soutien scolaire publics et gratuits. L'idée avait été lancée par

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant