A l'Allemagne la victoire, à l'Espagne les promesses

le
0

Le Balaidos attendait une pluie de buts, il n'aura eu que des gouttes. Sous un déluge, les deux derniers champions du monde ont dû attendre une banderille tardive de Kroos pour se départager (0-1). Un résultat qui ne doit pas enlever aux jeunes Espagnols leur belle prestation.Espagne – Allemagne : 0-1 But : Kroos (89e) pour l'Allemagne.

Et Kroos frappa... Il a fallu attendre la dernière minute du temps réglementaire pour voir les filets trembler. Avant cela, sous un déluge ininterrompu, les deux dernières sélections championnes du monde ont offert 90 minutes entre ennui et découverte. Car, de ces équipes qui trustent les titres depuis 2008 ne restent que les tirs à défaut des certitudes. Alors que les Espagnols n'ont pas attendu la fin du Mondial brésilien pour revenir sur terre, les Allemands les ont rejoint depuis. Entre absences de nombreux cadres et renouvellement des générations, les visages des 22 acteurs sont juvéniles, leurs noms peu ronflants. Au jeu des comparaisons, la nueva España a présenté des arguments offensifs un tantinet plus cohérents que leurs rivaux teutons. Mention spéciale pour Isco : placé en vrai meneur de jeu, l'homme au buste droit démontre match après match qu'il a la carrure d'un nouveau leader technique. Et ce, à la condition de se défaire de ses mimiques agaçantes. La Mannschaft, a contrario, a semblé plus empruntée, à l'image d'un Kroos pas dans son assiette en première, un peu mieux en seconde, et exceptionnel sur sa dernière touche de balle. Bref, deux revues d'effectif qui font plus office de promesses que d'un retour des certitudes.
Sans but, pas sans intérêt
La Galice et sa pluie, le Balaidos et sa piste d'athlétisme. Forcément, avec un tel combo, l'antre du Celta Vigo est tout sauf plein malgré la belle gueule de cet amical. Pourtant, parmi les deux onze des deux derniers champions du monde, de nombreuses surprises. Alors que Vicente Del Bosque dégaine un quatuor offensif new-look aux seules huit sélections, Joachim Löw présente un 3-4-3 surprenant. Face à un tel système, la Roja insiste sur les côtés. En moins de dix minutes, Bernat se ballade sur son aile gauche. Dommage : la faute aux bourrasques de vent ou à la médiocrité de ses centres, ils n'inquiètent pas le moins du monde Robert Zieler. Méconnaissable, la Mannschaft souffre et ne doit sa première occasion qu'au talent de sa doublette Müller-Götze. Un duo qui ne reste sur le pré que 22 minutes, le deuxième meilleur buteur du dernier Mondial se retirant sur blessure. L'Espagne, elle, récite ses gammes. Nolito, pour sa première, amène de la diversité, Morata, son gabarit et Raul Garcia, son...



Espagne – Allemagne : 0-1 But : Kroos (89e) pour l'Allemagne.

Et Kroos frappa... Il a fallu attendre la dernière minute du temps réglementaire pour voir les filets trembler. Avant cela, sous un déluge ininterrompu, les deux dernières sélections championnes du monde ont offert 90 minutes entre ennui et découverte. Car, de ces équipes qui trustent les titres depuis 2008 ne restent que les tirs à défaut des certitudes. Alors que les Espagnols n'ont pas attendu la fin du Mondial brésilien pour revenir sur terre, les Allemands les ont rejoint depuis. Entre absences de nombreux cadres et renouvellement des générations, les visages des 22 acteurs sont juvéniles, leurs noms peu ronflants. Au jeu des comparaisons, la nueva España a présenté des arguments offensifs un tantinet plus cohérents que leurs rivaux teutons. Mention spéciale pour Isco : placé en vrai meneur de jeu, l'homme au buste droit démontre match après match qu'il a la carrure d'un nouveau leader technique. Et ce, à la condition de se défaire de ses mimiques agaçantes. La Mannschaft, a contrario, a semblé plus empruntée, à l'image d'un Kroos pas dans son assiette en première, un peu mieux en seconde, et exceptionnel sur sa dernière touche de balle. Bref, deux revues d'effectif qui font plus office de promesses que d'un retour des certitudes.
Sans but, pas sans intérêt
La Galice et sa pluie, le Balaidos et sa piste d'athlétisme. Forcément, avec un tel combo, l'antre du Celta Vigo est tout sauf plein malgré la belle gueule de cet amical. Pourtant, parmi les deux onze des deux derniers champions du monde, de nombreuses surprises. Alors que Vicente Del Bosque dégaine un quatuor offensif new-look aux seules huit sélections, Joachim Löw présente un 3-4-3 surprenant. Face à un tel système, la Roja insiste sur les côtés. En moins de dix minutes, Bernat se ballade sur son aile gauche. Dommage : la faute aux bourrasques de vent ou à la médiocrité de ses centres, ils n'inquiètent pas le moins du monde Robert Zieler. Méconnaissable, la Mannschaft souffre et ne doit sa première occasion qu'au talent de sa doublette Müller-Götze. Un duo qui ne reste sur le pré que 22 minutes, le deuxième meilleur buteur du dernier Mondial se retirant sur blessure. L'Espagne, elle, récite ses gammes. Nolito, pour sa première, amène de la diversité, Morata, son gabarit et Raul Garcia, son...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant