A Kinshasa, les nouveaux métiers de la débrouille

le
0
A Kinshasa, les nouveaux métiers de la débrouille
A Kinshasa, les nouveaux métiers de la débrouille

"Voleur" d'électricité, chargeurs de téléphones mobiles: en RDC, les nouvelles technologies ont fait naître de nouveaux métiers de la débrouille dans les rues de Kinshasa, à côté des traditionnels cireurs de chaussures et laveurs de pieds. 15% des Congolais auraient un téléphone portable, selon des statistiques non officielles. Mais tous n'ont pas l'électricité chez eux. Cela a permis l'apparition d'un nouveau métier, plutôt risqué. Deux fils électriques destinés à alimenter un lampadaire public sont dénudés pour y brancher des fils reliés à une série de prises installées sur un panneau de bois. Le passant y installe son chargeur de téléphone. Une demi-heure de charge vaut 200 francs congolais (FC) soit 0,16 centimes d'eauros.Profitant des failles du réseau électrique et répondant à une demande croissante, des petits trafiquants ont également trouvé un moyen de gagner leurs vies. En déterrant un câble et en le dénudant, ils y branchent une dérivation qu'ils louent aux voisins, jusqu'à ce que ce système soit découvert par les techniciens. S'il n'a pas entre-temps provoqué d'incendie ou d'accident grave.Les vendeurs de crédit téléphoniques pullulent, plus nombreux que les marchands de cigarettes.Ils ne distribuent généralement qu'un seul fournisseur. Ainsi s'agglutinent à certains carrefours une multitude de petites "échoppes" qui ne sont en fait que des cartons portant le nom du réseau.Dans un pays les plus riches en matières premières de la planète, de nombreux habitants de Kinshasa, mégapole de dix millions d'habitants, survivent grâce à des "petits métiers".Malgré la richesse de son sous-sol, la République démocratique du Congo, qui compte plus de 60 millions d'habitants, est classée au 186e rang dans l'indice de développement humain (IDH) en 2012.Le revenu par habitant est inférieur à 1 dollar, selon le PNUD.Comparativement, Papy Kanku, 29 ans, gagne "bien" sa ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant