À Kiev, la crise échappe à ses protagonistes

le
0

Alors que les violences ont continué lundi, le risque de guerre civile est pour la première fois évoqué.

La crise politique ukrainienne échappe de plus en plus à ses protagonistes. L'impasse était totale lundi, à Kiev, vingt-quatre heures après une manifestation de l'opposition proeuropéenne - la huitième du genre - qui, après avoir réuni près de 200.000 personnes, a dégénéré en affrontements d'une violence inédite. Selon des sources policières et médicales, quelque 100 personnes ont été hospitalisées, dont environ 60 parmi les forces de l'ordre, qui souffrent notamment de traumatismes crâniens. Deux blessés ont perdu un ½il, un troisième a vu sa main arrachée. L'épicentre de la contestation s'est déplacé sur un périmètre minuscule de la rue Grouchev­ski, à deux pas de la place de l'Indépendance (Maïdan), où, au milieu de cars de police calcinés, quelques milliers de jeunes gens continuaient, lundi, à lancer des pierres et des cocktails Molotov en directi...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant