A Idlib, avec les révoltés syriens

le
0
Notre reporter s'est rendue dans cette ville cadenassée par l'armée de Bachar el-Assad.

Sur la route qui descend de la frontière turque, la présence des chars se fait soudain pesante. Idlib, capitale d'une province où les heurts entre les troupes régulières et les insurgés de l'Armée syrienne libre se sont récemment multipliés, subit depuis une dizaine de jours un quasi-huis clos. Les points de contrôle se succèdent à mesure qu'on s'enfonce dans la ville. Depuis la semaine dernière, les troupes de Bachar el-Assad affluent pour prêter main-forte aux contingents locaux. Dans Idlib coupée du monde, le téléphone ne fonctionne plus. Les coupures d'électricité sont monnaie courante.

Grand, très mince, Hassan plonge son regard dans le vide à l'évocation des violents affrontements qui ont une nouvelle fois ébranlé la ville en fin de semaine dernière. Mercredi, lors d'une manifestation contre Bachar el-Assad, sept personnes ont été tuées et une soixantaine d'autres blessées par les snipers du régime. Le lendemain, alors qu'ils s'apprêtaient à enterre

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant