À Hambourg, 44 logements de luxe posés sur la nouvelle Philharmonie

le
0

Près de 2 ans après la Philharmonie de Paris, la cité du nord de l’Allemagne s’apprête à inaugurer sa nouvelle salle de concert. Particularité des lieux: on y trouve un hôtel et les appartements les plus luxueux de la ville.

Décidément, les philharmonies sont abonnées aux dérapages budgétaires. Alors que celle de Paris a vu son coût quasiment doubler entre la conception et la réalisation pour atteindre près de 400 millions d’euros, son homologue allemande de Hambourg fait bien pire encore. À la manière du nouvel aéroport de Berlin, ce chantier est en passe de devenir un cas d’école de mauvaise gestion avec des coûts de construction passés de 186 millions estimés en 2005 à près de 860 millions aujourd’hui, comme le rappelle le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Malgré ce parcours chaotique, le bâtiment dessiné par les célèbres architectes suisses Herzog et de Meuron est déjà en passe de devenir un emblème de la cité du nord de l’Allemagne, six mois avant son inauguration. Il est vrai que la construction a fière allure et avec ses 26 étages culminant à 110 mètres, elle domine non seulement les bords de l’Elbe mais aussi la majorité de Hambourg, une ville comptant très peu de tours.

Jusqu’à 35.000 euros le mètre carré

Et si le bâtiment est aussi haut c’est qu’en plus de ses deux salles de concert et de son studio, il abrite un hôtel ainsi que 44 appartements de luxe répartis entre les 11e et 26e étages. À en croire le Frankfurter Allgemeine Zeitung, ce seraient les logements les plus chers de la ville. Même si la société en charge de la commercialisation des lieux se fait très discrète sur la question, le quotidien rappelle que les révélations de la presse locale évoquent des sommets à 35.000 euros le mètre carré et des tarifs moyens situés entre 15.000 et 20.000 euros.

Une note très salée, pour une clientèle presque exclusivement locale, mais on lui promet une vue imprenable sur la ville et des prestations très haut de gamme pour ces logements de 120 à 400 m² dotés d’une climatisation et d’un système de gestion de la lumière dernier cri et entièrement habillés de bois et marbre. Pas question non plus de se mêler à la foule des visiteurs ou des clients de l’hôtel: les logements disposent d’une entrée spécifique et d’une conciergerie dédiée. Reste un petit désagrément propre à bon nombre des tours de verre les plus récentes: il n’est pas possible d’ouvrir les fenêtres.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant