A Grenoble, le Parti de gauche fait sa rentrée sans les communistes

le
3
A Grenoble, le Parti de gauche fait sa rentrée sans les communistes
A Grenoble, le Parti de gauche fait sa rentrée sans les communistes

Habituellement, les Estivales du Front de gauche suivent les «Remues-méninges» du Parti de gauche (PG), qui débutent ce jeudi à Grenoble (Isère). Ce ne sera pas le cas cette année. En clair, le PG de Jean-Luc Mélenchon fait sa rentrée sans les communistes. Les divergences apparues lors des dernières municipales ne sont toujours pas estompées.

Les relations entre le PG et le Parti communiste, son principal allié au sein du Front de gauche, achoppent toujours sur la stratégie à adopter vis-à-vis du Parti socialiste. La participation de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, à l'université d'été du PS à La Rochelle (Charente-Maritime), la semaine prochaine, n'arrange rien.

«Une erreur», tranche Jean-Luc Mélenchon ce jeudi, dans les colonnes du «Dauphiné». «La Rochelle, ce festival des vanités !» poursuit le coprésident du PG, qui avait fait part fin juillet de sa volonté de prendre du champ. «Il y a eu un emballement médiatique sur une de mes phrases. Je ne me mets pas en retrait du combat politique», dit-il aujourd'hui. Et il est bel et bien là pour cette rentrée. Il prononcera d'ailleurs un discours dimanche à 11 heures, en conclusion du «Remue-méninges».

«Être bien vu du PS, c'est être mal parti»

Sur la participation de Pierre Laurent à l'université d'été du PS, donc, il pilonne : «Et ça, l'année où Manuel Valls traite d'irresponsables tous ceux qui, à gauche, ne pensent pas comme le gouvernement! Notez : pour moi, la question d'aller ou pas à ce rendez-vous ne s'est pas posée, car je n'ai pas été invité! Tant mieux! Être bien vu du PS, c'est être mal parti.» Ne sont invités que «ceux qui continuent à dialoguer», faisait savoir le sénateur PS, David Assouline, début juillet, à propos du rendez-vous rochelais.

Or, si les communistes ont accepté de s'allier avec les socialistes dans certaines villes aux municipales de mars et discutent avec les frondeurs PS, le Parti de gauche ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ttini le vendredi 22 aout 2014 à 15:06

    très intéressant tout ça. je sens que ça va bien faire les choses pour le pays. c'est à en pleurer.

  • M940878 le jeudi 21 aout 2014 à 19:07

    ça existe encore ça ? les Ceaucescu ont pourtant été flingués , s'il en reste faut faire de même

  • frk987 le jeudi 21 aout 2014 à 18:30

    Ah on apprend ainsi que le PCF existe encore.....au musée comme le socialisme demain.