À Grenoble, la première tour en béton d'Europe va enfin être restaurée

le
6

Cette tour d’observation construite en 1924 marque le début de l’utilisation du béton armé dans ce type de bâtiment. Sans entretien depuis plus de 60 ans, elle nécessite des travaux chiffrés à 8 millions d’euros.

La réhabilitation de la Tour Perret et ses 95 mètres de haut en béton armé, symbole de Grenoble en «piteux état», sera présentée au conseil municipal de la ville ce lundi. Le projet, qui s’étendra sur environ cinq ans pour un budget estimé à 8 millions d’euros, sera exposé dans une délibération, a expliqué à la presse Martine Jullian, l’élue en charge du patrimoine. Elle tient à défendre «un héritage précieux mais lourd puisqu’il coûte». Paradoxalement, cette technique d’avant-garde, à l’époque, était peu coûteuse: la tour n’ayant coûté que 385.000 francs en 1924, soit environ 130.000 euros actuels.

Première tour en béton armé d’Europe, l’édifice a été construit en 1924 par les frères Auguste et Gustave Perret et reste le dernier vestige de l’Exposition internationale de la Houille Blanche et du Tourisme de 1925. «Elle est en mauvais état et les dernières interventions notables sur la Tour ont eu lieu en 1952», a souligné Martine Jullian, rappelant qu’elle est fermée au public depuis 56 ans pour des raisons de sécurité.

Classé Monument historique depuis 1998

«L’avantage d’arriver tard dans la rénovation est que nous avons une meilleure connaissance du béton comme matériau et que sa restauration sera techniquement plus sûre», a fait valoir la conseillère municipale de la majorité (EELV-PG-Citoyens). La Tour Perret ayant été classée monument historique en 1998, l’État est tenu de prendre une part significative des subventions pour ce projet, soit environ 2 millions d’euros. Le département de l’Isère pourrait apporter 2,4 millions. La Région Auvergne Rhône-Alpes ne s’est pas encore prononcée.

La municipalité, qui a lancé un plan d’austérité de ses finances, compte par ailleurs lancer une «souscription populaire», s’inspirant de ce qui a été fait avec succès pour la rénovation du Panthéon à Paris. Une autre piste de financement serait le mécénat. L’œuvre d’Auguste Perret, dont la ville du Havre reconstruite sous sa direction a été classée au patrimoine mondial de l’Unesco, a d’ailleurs déjà intéressé la fondation Prada.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 il y a 3 mois

    La tour Eiffel s'est imposée vite. la Tour Perret, je demande à voir. 91 ans après, c'est toujours aussi controversé (perso, je dirai moche, mais des goûts et des couleurs..).

  • frk987 il y a 3 mois

    Et comme j'aime l'humour, c'est probablement que cette tour en ruine risque de tomber sur l'infâme mairie de la ville, un cube en béton mais là, on avait trouvé le financement !!!!!!

  • frk987 il y a 3 mois

    suite : mais il y avait tellement d'autres urgences...pas vrai les socialos !!!!!

  • frk987 il y a 3 mois

    Si l'on avait pas attendu 55 ans pour la restaurer, le ferraillage ne serait pas apparent, le périmètre de sécurité ne cessant de s'accroître pour chute de béton, on va finir par fermer le parc tout entier. J'ai été un des derniers visiteurs à l'âge canonique de 7 ans !!!!!

  • M3379984 il y a 3 mois

    ok vu , celle d ' Amiens est habitée , il y a des appart

  • M3379984 il y a 3 mois

    il y a une tour Perret à Amiens , ma ville natale , je connaissais pas la tour Perret de Grenoble