A Grasse, le château Diter menacé de démolition

le
0
Parti d'une, deux ou trois bâtisses qui totalisaient entre 200 et 400 mètres carrés, le château Diter en fait aujourd'hui plusieurs milliers.
Parti d'une, deux ou trois bâtisses qui totalisaient entre 200 et 400 mètres carrés, le château Diter en fait aujourd'hui plusieurs milliers.

Un homme d’affaires a réalisé son rêve : se construire un château, sans autorisation ni permis de construire. Il doit aujourd’hui en répondre devant la justice.

Jeudi 12 mai, le riche homme d’affaires Patrick Diter a vécu de pénibles heures. Au tribunal correctionnel de Grasse (Alpes-Maritimes) se jouait l’avenir de l’œuvre de sa vie : un palais Renaissance aux allures toscanes, édifié « de [ses] mains » entre 2000 et 2012 dans les collines de la ville.

Parti d’une, deux ou trois bâtisses qui totalisaient entre 200 et 400 mètres carrés, l’ensemble en fait aujourd’hui plusieurs milliers et risque d’être démoli. Chaque année, d’entre les cyprès et les oliviers, a surgi une nouvelle construction : une orangerie, une cuisine d’été, un pigeonnier, une galerie à colonnes, sous les yeux incrédules des voisins. Or, M. Diter ne s’est guère embarrassé de formalités, négligeant de demander des permis de construire réputés difficiles à obtenir dans cette zone naturelle.

Au cours de l’audience, le président du tribunal, Alexandre Julien, a égrené les procès verbaux d’infractions dressés, sans grand résultat, par le service d’urbanisme de la mairie puis ceux de la préfecture... sans oublier les arrêtés, tout aussi vains, d’interruption des travaux pris en mai 2009 et octobre 2012. « Avec vous, c’est pas vu, pas pris, un peu comme les automobilistes qui conduisent sans permis et roulent tant qu’on ne les arrête pas », a tancé le magistrat, très pugnace.

Report de la clôture des débats

M. Diter a dû reconnaître, devant sa femme et ses deux filles venues le soutenir, qu’il avait démarré les chantiers avant d’avoir obtenu les autorisations. I...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant