À gauche, la grogne monte contre la Cour des comptes

le
15
Les députés PS n'apprécient pas de voir l'institution, présidée par un ancien élu socialiste, multiplier rappels à l'ordre et critiques à l'égard de la politique du gouvernement.

Cela tient du supplice chinois. Au fil de ses rapports, la Cour des comptes épingle méticuleusement la politique du gouvernement et remet en cause ses choix, ses orientations et son inaction. Le tout venant d'une institution présidée par un homme de gauche, l'ancien président socialiste de la commission des finances de l'Assemblée Didier Migaud, l'accumulation de critiques n'en est que plus acerbe. Et cela commence à agacer sérieusement les députés socialistes.

Dans leur dernière livraison, les sages de la Rue Cambon s'inquiètent de l'avenir de l'assurance-chômage, jugée «plus protectrice» et généreuse que dans les autres pays européens. Une nouvelle fois, la Cour épingle l'indemnisation des intermittents du spectacle (un milliard de déficit «au profit seulement de 3 % des deman...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.jansse le samedi 26 jan 2013 à 13:37

    et si ils étaient de mèche, le gouvernement jouant les vierges effarouchées et laissant le soin à la cour des compte de préparer le terrain d une réforme explosives.... ben oui seule la gauche peut toucher aux droits acquis. Merci François

  • A4DF14 le jeudi 24 jan 2013 à 16:42

    Normal, il ne fait que son travail, on ne devrait pas tarder à voir les intermittents dans la rue pour défendre leur petit carré. Peut être que Depardieu les aidera.

  • ANOSRA le jeudi 24 jan 2013 à 15:04

    Et oui, ça devient rare, mais des socialistes objectifs existent encore, malheureusement ils n'ont qu'un pouvoir consultatif, les autres sont aux manettes jusqu'en 2017 !

  • miez1804 le jeudi 24 jan 2013 à 12:19

    C'est dur la realité, dans le monde de ces bisounourse PS, pendant la campagne il se sontappuyer sur la cour des comptes pour inculper le precedent gouvernement de ne rien fairepour reduire le deficit et la dette, et de ne rien faire pour la croissance, aujourd'huiils sont rattrappées par la triste realité, et ca fait mal!Bouffon.s

  • M4189758 le jeudi 24 jan 2013 à 08:31

    JPi - C'est bien : le FMI pense que la crise de la dette est ‘presque’ finie. Le Foin est un Manger Indigeste. Evolution de la dette France : en 1980 elle vaut : 100 Mrds - en 1995, 700 Mrds - Mr Mitterrand l'a x par 7. En 2005 elle vaut : 1150 Mrds - En 2011 plus de 1.700 Mrds. Mr Sarko l'a augmentée de 40% en 5 ans. Et nous nous ne vallons plus grand chose. C’est l’augmentation du surendettement France qui est forte, pas la France.

  • M4189758 le jeudi 24 jan 2013 à 08:30

    JPi - En comptant le temps du travail, plus le temps de la retraite les jeunes fonctionnaires engagés en 1981, sous Mr Mitterrand, seront encore payés pendant 24 ans (2036) et ceux engagés en 1996 jusqu'en 2051. Les nouveaux fonctionnaires que Mr Hollande veut engager de 2012 à 2017 seront à charge de l'état jusqu’en 2077 ... En a-t-on les moyens, face à l’endettement de la France ?

  • M4189758 le jeudi 24 jan 2013 à 08:29

    JPi- Pour les français la croissance c'est garder les 35h00 semaine, la retraite à 60 ans et le cumul des retraites des polis tiques et des autres, augmenter le nombre de fonctionnaires : c’est maintenir l'augmentation annuelle de son endettement. Cette croissance serait soutenue par des emprunts payés par les autres états de l’UE : les euro bonds. La rigueur ce serait mettre ces choix en cause. Heureusement que nous avons Mme Merkel et l’Europe !

  • M4189758 le jeudi 24 jan 2013 à 08:29

    JPI- Le rêve du PS français vire au cauchemar. Pas d’inflation, pas euro bonds, pas de largesse. Pour réduire les dépenses d’un état surendetté rien que sagesse, pardon appelée en France : rigueur européenne. Avec une réduction des impôts pour permettre une relance, pardon appelée en France : croissance française. Sagesse des 40 h de travail. Sagesse du plafonnement des indemnités de chômage et des retraites. Sagesse de l’age de la retraite à 65 ans. L’avenir : c’est maintenant !

  • M4189758 le jeudi 24 jan 2013 à 08:28

    Plutôt qu'une retraite à 60 ans, une retraite décente pour tous serait + juste. Pourquoi, devant la différence de montant entre les retraites, le PS ne propose-t-il pas + de justice et de décence ? Par exemple la fin des cumuls des retraites payées par l’état. Ici on parle des retraites que les polis tiques se sont votées. Un plafonnement des retraites serait aussi le bien venu : l’état n’a plus les moyens de payer des retraites de 19.000 euros aux uns et 700 à d’autres.

  • M4189758 le jeudi 24 jan 2013 à 08:28

    JPi - Entre TVA et CGS et taxes en tout genre il y a, messieurs dames les polis tiques, une possibilité de réduction drastique des dépenses de l'état France. 1ere réduc : la retraite à 65 ans. 2eme réduc : le plafonnement des + hautes retraites. 3eme réduc : le nombre de fonctionnaires. 4eme réduc : le plafonnement des indemnités chômage. Pour la compétitivité il y a les 40 h de travail/semaine. Voyez ! On peut ne pas augmenter les impôts en cassant la croissance et y arriver quand même. Olé !