À Frangy-en-Bresse, Montebourg défie directement Hollande

le , mis à jour le
1
Arnaud Montebourg dans une posture présidentielle à Frangy-en-Bresse pour la Fête de la rose rebaptisée Fête populaire.
Arnaud Montebourg dans une posture présidentielle à Frangy-en-Bresse pour la Fête de la rose rebaptisée Fête populaire.

L'insoutenable suspense est tombé sur le coup de 16 h 28. Debout sur le podium posé au milieu du terrain de foot de Frangy-en-Bresse, Arnaud Montebourg se lance officiellement dans la course à l'Élysée. « Je suis candidat à la présidence de la République française. » Puis il salue de la main droite les curieux qui, durant quelques minutes, applaudissent l'annonce.

À vrai dire, ce n'était même plus un secret de Polichinelle. Seule la participation à la primaire de la gauche, qu'il n'a pas évoquée, restait un mystère. Du député Laurent Baumel au conseiller régional d'Ile-de-France François Kalfon, ses lieutenants n'ont cessé toute la semaine de répéter que l'ex-ministre du Redressement productif allait se lancer dans la bataille élyséenne lors de la Fête de la rose de Frangy, rebaptisée Fête populaire. La sauce est bien montée, puisque les organisateurs du rendez-vous ont dénombré quelque 750 couverts réservés pour déguster la traditionnelle volaille locale, contre 500 pour une année habituelle.

Compter ses soutiens

Montebourg lui-même a montré ses forces : autour de lui, assis sous la tente garnie de longues tablées, on apercevait Baumel et Kalfon, donc, mais aussi sa compagne Aurélie Filippetti, députée de Moselle, Patrice Prat (Gard), Catherine Lemorton (Haute-Garonne), Bernard Lesterlin (Allier), la chevènementiste Marie-Françoise Bechtel (Aisne), Pierre-Alain Muet...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a 10 mois

    Espérons qu'avec ce programme de type communiste d'état, il représentera le PS aux présidentielles et marginalisera ainsi son parti.