A Florence, tes graffitis, tu les fais sur tablette s'il-te-plaît

le
0
A Florence, tes graffitis, tu les fais sur tablette s'il-te-plaît
A Florence, tes graffitis, tu les fais sur tablette s'il-te-plaît

Lassés de voir des millions de touristes vandaliser les murs du Campanile de Giotto à Florence en Italie, ses gestionnaires ont eu l'idée de lancer une application unique sur tablette pour leur permettre de laisser des graffitis plus inoffensifs."Bienvenue dans le Campanile de Giotto ! Depuis des siècles, nous conservons ce chef d'?uvre: dès aujourd'hui, les graffitis sur les murs seront immédiatement effacés, mais si vous laissez votre message numérique, nous le conserverons pour toujours, comme une ?uvre d'art": ainsi est désormais accueilli le visiteur qui monte au Campanile pour admirer la vue splendide sur la cathédrale de Florence, le "Duomo".Au cours des siècles, les murs du Campanile, datant du XIVe siècle, ont vu passer des générations de touristes qui, en montant les marches du monument, ont laissé des millions de messages, d'amour ou autres, et des dessins."Il y a trois mois, quand on a commencé à nettoyer les murs, ce qui n'avait jamais été fait auparavant, on s'est demandé comment faire pour éviter que tout ce travail ne soit pas ruiné en peu de temps", raconte à l'AFP Alice Filipponi, responsable réseaux sociaux de l'Oeuvre du Duomo, une organisation laïque chargée de la gestion des biens les plus précieux de la cathédrale de Florence.Le "Campanile était dans un état de dégradation et de saleté" incroyable, assure Beatrice Agostini, architecte au sein de l'Oeuvre du Duomo, et responsable des travaux de restauration et de manutention. Marbre, pierre, bois et briques, tous les supports étaient touchés. Alice Filipponi a donc eu "l'idée d'une application qui permettrait au visiteur de choisir la superficie (marbre, pierre), la couleur et l'instrument qu'il souhaite utiliser (feutre, pinceau, bombe aérosol) pour laisser un message ou un dessin virtuel". Avec l'intention, pour une fois, de "promouvoir le message en tant que tel" et non son caractère ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant