À droite, les critiques se reportent déjà sur la primaire pour 2017

le
0
Longtemps réticente au sujet de la primaire, l'UMP a fini par adopter ce type de scrutin pour choisir ses candidats au vu des municipales de 2014. Mais les difficultés de la primaire parisienne ont remis au premier plan les divergences au sein du parti.

Les ratés de la primaire parisienne refroidissent les ardeurs démocratiques à droite. Sans attendre le résultat du scrutin, qui s'est achevé lundi à 19 heures, des voix se sont élevées pour demander que l'UMP s'épargne cette épreuve pour la présidentielle de 2017.

La commission de révision des statuts du parti, coprésidée par Jean-François Copé et François Fillon, vient d'adopter un texte qui prévoit l'organisation d'une primaire «ouverte» en 2016 pour choisir celui ou celle qui portera les couleurs de l'UMP en 2017. Ce projet sera soumis aux militants fin juin. Ce vote s'annonçait comme une formalité, jusqu'à ce que la droite parisienne fasse la démonstration in vivo des dégâts que peut causer une primai...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant