A droite, Emmanuel Macron fascine et agace

le , mis à jour à 09:20
2
A droite, Emmanuel Macron fascine et agace
A droite, Emmanuel Macron fascine et agace

L'image n'a échappé à personne : un bref tête-à-tête entre Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron jeudi dernier, en marge de l'hommage rendu à Michel Rocard aux Invalides. Que se sont-ils dits ? Mystère. Mais, chez les Républicains, la scène a été abondamment commentée. « Peut-être que Macron lui a demandé comment on fait pour prendre une carte du parti ? » ironise un sénateur sarkozyste qui, passée la blague, n'est pas très emballé par l'hypothèse. Car, au sein de l'opposition, partagée entre fascination et répulsion, les avis divergent sur le ministre de l'Economie.

 

« C'est un personnage complètement atypique, il casse tous les codes. La façon dont il se joue de Hollande et Valls le rendrait presque sympathique. Il a même carrément ringardisé Bruno Le Maire sur le créneau du renouveau », décrypte un ancien ministre. Un argument qui horripile les partisans du député de l'Eure : « Macron a l'air sympa. Il est jeune, beau et intelligent. Mais, derrière cette façade, je vois surtout quelqu'un de très superficiel et très ambigu, rétorque le député lemairiste Alain Chrétien. Que retiendra-t-on de son action à Bercy ? Rien ! »

 

D'autres, à droite, raillent le choix de la date du 12 juillet pour tenir son meeting à la Mutualité. « On dit que c'est le champion de la communication. Mais faire ça deux jours après l'Euro, juste avant le 14 Juillet, et alors qu'une partie des Français a déjà la tête aux vacances, ce n'est tout de même pas très malin », tacle l'entourage de Nicolas Sarkozy. Quant à Jean-François Copé, il ne veut pas en entendre parler. « Pour les médias, c'est le client idéal. Il parle bien, il présente bien. Avec lui, tout paraît super facile, s'agace le candidat à la primaire de droite. Sauf que la politique, ce n'est pas que du slogan. C'est se cogner au réel, gérer une administration territoriale, se confronter à la précarité des gens. Tout ce que Macron ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4098497 il y a 9 mois

    Peut-il nous assurer qu'il ne repartira pas chez Rothschild une fois son mandat terminé. Est-il un Barroso bis ?

  • M4098497 il y a 9 mois

    Faire confiance à un banquier ?