A découvrir: le plus vieil enregistrement de musique jouée par ordinateur

le
0
A découvrir: le plus vieil enregistrement de musique jouée par ordinateur
A découvrir: le plus vieil enregistrement de musique jouée par ordinateur

Avis aux fans d'électro: des chercheurs viennent de restaurer le plus vieil enregistrement connu de musique créée par ordinateur, une interprétation grinçante de "God Save The King" née en 1951 dans le laboratoire du génie britannique Alan Turing.L'enregistrement dure deux minutes. S'y enchaînent trois morceaux à la tonalité aigre, presque inquiétante: l'hymne britannique donc, la comptine "Baa Baa Black Sheep", et "In The Mood", le standard de jazz de Glenn Miller.Sur ce dernier morceau, une présentatrice enjouée commente les ratés de l'ordinateur en rigolant: "La machine n'est évidemment pas d'humeur (en anglais: +not in the mood+)", dans un jeu de mot sur le titre du morceau. Cet enregistrement exceptionnel avait été redécouvert en 2008 alors que la communauté scientifique britannique préparait le 60e anniversaire de la naissance de "Baby", considéré comme le premier système informatique avec logiciel intégré.Il vient d'être restauré par Jack Copeland, professeur à l'University of Canterbury (UC) de Christchurch (Nouvelle-Zélande) et le compositeur Jason Long.L'histoire de cet enregistrement ancêtre de toutes les musiques électroniques est intimement liée à celle des premiers pas de l'informatique, des recherches de l'Université de Manchester et de son scientifique le plus célèbre, le mathématicien Alan Turing (1912-1954).-'bravo'-Quelques années après avoir contribué à décrypter pendant la Seconde Guerre mondiale les codes nazis produits par la machine Enigma, Alan Turing poursuit à Manchester ses travaux de pionnier sur les machines Mark 1 et Mark 2, héritières de "Baby"."Le travail pionnier d'Alan Turing dans la fin des années 1940 pour transformer l'ordinateur en instrument de musique a été largement ignoré", racontent MM. Copeland et Long dans un blog sur le site de la British Library.M. Copeland, qui dirige un fonds d'archives consacré au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant