À Damas, Annan mesure les conséquences d'un massacre

le
0
L'émissaire de l'ONU devait s'entretenir, lundi à Damas, avec le ministre des Affaires étrangères syrien Walid el-Mouallem.

«Un acte répugnant aux conséquences profondes.» Dès son arrivée, lundi, à Damas, où il devait s'entretenir avec le ministre des Affaires étrangères, Walid el-Mouallem, Kofi Annan s'est dit «horrifié» par le massacre de Houla, où une centaine de personnes, dont 49 enfants, ont été tuées vendredi dans des circonstances encore peu claires.

Après cette tragédie, «le vent est peut-être en train de tourner», estime un collaborateur du médiateur de l'ONU, qui n'exclut pas à terme une résolution du Conseil de sécurité sous chapitre VII, qui autoriserait le recours à la force contre le régime syrien. Ce mardi, Annan aura des entretiens «sérieux et francs» avec le président Bachar el-Assad. Il doit rencontrer également «des représentants de l'opposition et de la société civile», ainsi que le général Robert Mood, chef de la mission des 300 observateurs déployés en Syrie, dont certains se sont rendus à Houla peu après la tuerie. Jusqu'à présent, le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant