A Cuba, la presse en ligne défie le monopole de l'Etat sur les médias

le
0
A Cuba, la presse en ligne défie le monopole de l'Etat sur les médias
A Cuba, la presse en ligne défie le monopole de l'Etat sur les médias

Ils s'appellent Abraham, José ou Elaine. Agés d'à peine 30 ans, ils ont réussi l'impensable à Cuba : créer des sites d'information indépendants qui bravent le monopole étatique imposé aux médias depuis un demi-siècle.Le point de départ de cette petite révolution dans le panorama médiatique cubain a été l'ouverture de la toile au grand public en 2013, suivie de l'installation progressive de 200 bornes wifi à travers ce pays de 11,2 millions d'habitants. Aujourd'hui, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) recense quelque 3.000 blogs consacrés à Cuba et une poignée de revues indépendantes. Elles s'appellent "El Estornudo", "Periodismo de Barrio", "El Toque" ou "OnCuba".Point commun de ces publications en ligne : des rédactions jeunes et établies sur l'île. Certains journalistes sont même issus de la Faculté de communication de La Havane, vivier traditionnel des médias d'Etat et du quotidien du parti communiste Granma."Sortis des amphithéâtres (...) nous étions d'une certaine manière sans logis, dans le sens où (...) le discours de la presse d'Etat est très éloigné de la réalité cubaine", raconte à l'AFP Abraham Jimenez Enoa, 27 ans et directeur d'"El Estornudo". La rédaction de ce site créé en mars peine à joindre les deux bouts. Les annonceurs ne se bousculent pas et l'heure de connexion publique coûte deux dollars minimum pour ceux qui ne font pas partie des 5% de privilégiés disposant d'internet à domicile."L'accès à internet est très cher, on n'a pas de bureau, on n'a rien", explique Abraham, précisant que la mise en ligne des articles et photos s'effectue de l'étranger après envoi par courriel."Privés de l'aide économique de l'Etat, nous devons trouver d'autres formes de gestion économique. Certains ont recours à la publicité, au paiement pour un contenu ou un service, à des accords avec d'autres médias ou ONG, ou au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant