À Courchevel, les Russes ne font plus «flamber» les prix des chalets

le
0

Avec la chute du rouble, ces investisseurs venus de l’est se font plus rares. Les professionnels de l’immobilier espèrent que les Américains reviendront en 2015 sur le marché français, encouragés par la vigueur du dollar.

Chute du rouble, appréciation du dollar, fléchissement de l’euro. Les marchés des devises sont volatils, les dernières semaines l’ont rappelé et l’AMF met régulièrement en garde les particuliers qui spéculent sur les devises. Les variations des changes influent aussi sur les comportements financiers. Ainsi, les acheteurs russes se font rares sur le marché immobilier français qu’ils avaient fait par endroits flamber.

Logique puisque le rouble valait en décembre deux fois moins qu’il y a un an par rapport à l’euro. «La chute du rouble explique en partie seulement ce phénomène, le ralentissement a commencé lors de la crise ukrainienne», explique Daniel Masnaghetti, directeur général de John Taylor Corporate, en charge du développement international du réseau, qui réalisait l’an dernier 29 % de son activité sur la Côte d’Azur avec des Russes.

Certains marchés dont les prix s’étaient envolés sont aujourd’hui quasiment à l’arrêt sur les grosses transactions. C’est le cas à Courchevel. Dans la station, où les acheteurs n’hésitaient pas il y a quelques années encore à mettre sur la table une dizaine de millions d’euros pour acheter un chalet ancien qu’ils allaient entièrement reconstruire et agrandir ne sont plus là. «Les vendeurs affichent toujours des prix très élevés et les transactions ne se font pas», ajoute Daniel Masnaghetti. Alors qu’à Paris, les vendeurs ont pris conscience que le contexte avait changé, sur certains micro marchés à la montagne, ce n’est pas encore le cas.

Les Américains préfèrent la Côte d’Azur et Paris

En 2015, les experts tablent sur une appréciation du dollar par rapport à l’euro. Alors que l’économie américaine dame le pion aux économies européennes, les professionnels de l’immobilier espèrent un retour des Américains sur le marché immobilier français. John Taylor vient d’ailleurs de signer une alliance avec Corcoran, grand nom de l’immobilier de luxe sur la côte est des Etats-Unis. «C’est une étape importante. Nous allons travailler ensemble et proposer des biens en France à leurs clients et des biens aux Etats-Unis à nos clients», ajoute Daniel Masnaghetti. «Avec l’appréciation du dollars, certains de nos clients sont intéressés par l’achat de propriétés à Paris et dans le sud de la France, les lieux favoris des Américains» note Pamela Liebman qui dirige Cocoran. Les stations de montagne risquent de perdre au change, les Américains privilégiant en France les investissements à Paris, en Provence et sur la Côte d’Azur. Mais les professionnels ne se font pas d’illusions, les sommets atteints par les prix que payait la clientèle russe semblent bien appartenir au passé.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant