À Cologne, la police ne fait pas la fière

le
0
Après une absence très remarquée le soir du nouvel an, où ont eu lieu des centaines d'agressions, la police de Cologne doit maintenant affirmer sa présence dans toute la ville, comme ici aux abords de la gare centrale.
Après une absence très remarquée le soir du nouvel an, où ont eu lieu des centaines d'agressions, la police de Cologne doit maintenant affirmer sa présence dans toute la ville, comme ici aux abords de la gare centrale.

La gêne est perceptible, l'embarras évident. Les journalistes étaient nombreux à s'être déplacés pour assister à la conférence de presse réunissant tous les hauts gradés de la police de Cologne, ce vendredi. Une équipe de télévision canadienne avait même fait le déplacement pour l'occasion. Tous voulaient connaître l'avancée de l'enquête concernant les événements de la Saint-Sylvestre durant laquelle plusieurs centaines de femmes ont été victimes d'agressions sexuelles devant la gare centrale de la ville. Mais, avant de laisser la parole à ses chefs, le tout nouveau porte-parole de la police a tenu à mettre les choses au clair en expliquant que les intervenants ne répondraient à aucune question ayant rapport aux attaques de la nuit du nouvel an.

Lire aussi Cologne : « Elles ont été attaquées parce qu'elles étaient des femmes »

Le chef de la « crim » et celui de la sûreté ont alors expliqué que la ville souffrait d'une hausse de la petite criminalité. Les vols à la tire et le trafic de drogue douce semblent être des business en plein essor sur les bords du Rhin, surtout depuis l'apparition ces cinq dernières années de bandes organisées de jeunes hommes originaires du Maghreb. Pour contredire les xénophobes qui accusent les migrants de tous les maux, les policiers ont tenu à rappeler que 60 % des vols à l'arraché constatés l'an dernier...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant