À Caracas, le manque de papier empêche les journaux de sortir

le
0
Le manque de devises et une dette de 150 milliards de dollars contraignent le Venezuela à limiter ses importations. Après les pénuries de nombreux produits de consommation courante, c'est le papier qui se fait rare.

Si le numérique bouleverse la presse mondiale, au Venezuela, les sites d'information des journaux deviennent des planches de salut. Après les pénuries de farine, de sucre, de dentifrice et autres produits de consommation courante, c'est aujourd'hui le papier qui vient à manquer à Caracas. Certains journaux n'ont en effet plus que leur édition en ligne comme seul mode de diffusion, quand d'autres sont contraints de réduire leur pagination ou leur jour de parution, voire d'interrompre momentanément leur diffusion.

En cause? Le manque de devises et une dette de 150 milliards de dollars contraignant le Venezuela à limiter ses importations. Jusqu'alors le papier constituait, comme les importations de médicaments et d'aliments, une priorité pour la...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant