À Cannes, «on demande à l'État de cesser son désengagement»

le
0
INTERVIEW David lisnard, premier adjoint au maire de Cannes, revient sur les deux vols à main armée qui ont frappé la Croisette ces derniers jours.

LE FIGARO. - À la suite des deux spectaculaires braquages dans le centre de Cannes,vous évoquez une «carence de l'État»...

David LISNARD. -Le problème est plus ancien. Ça fait des mois, des années que l'on demande à l'État de cesser son désengagement. On ne lui demande pas des renforts pour l'été, mais d'être présent dans ses fonctions régaliennes. Le phénomène n'est pas nouveau, mais il s'est accentué ces derniers mois, à la fois d'un point de vue quantitatif, en termes d'effectifs de police, mais aussi qualitativement, en raison d'une rupture de la chaîne pénale. À force de classements sans suite au niveau judiciaire, la pe­tite délinquance, la plus dangereuse, se développe en toute impunité. Et les efforts en termes de police municipale, qui en douze ans est passé...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant