À Budapest, la classe moyenne s'enfonce dans la crise

le
0
Dans un pays aux médias verrouillés,le premier ministre, Viktor Orban, conserve des soutiens dans la population.

Les dizaines de milliers de manifestants qui protestaient devant l'opéra lundi dernier, Ida ne les a même pas vus. Quelques dizaines peut-être? La télévision publique n'a pas précisé. La vieille dame a surtout apprécié le discours du premier ministre, qui célébrait, au même moment, à l'intérieur du monument, l'entrée en vigueur de sa nouvelle Constitution. Comme elle, de nombreux Hongrois n'ont absolument pas conscience qu'« il y a un problème aujourd'hui en Hongrie », selon la formule du chef de la diplomatie française, Alain Juppé. Pour s'en rendre compte, il faut surfer sur Internet, ou bien consulter les quelques médias d'opposition qui n'ont pas encore été censurés. Car l'équipe de la chaîne publique M1, elle, est « arrivée trop tard pour trouver un lieu pratique » d'où elle aurait pu filmer la foule en colère...

« Mais c'est pour cela que vous êtes venue?, s'étonne la retraitée de 85 ans. Il ne se passe rien d'extraordinaire ici. Bon, il

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant